Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : une base de l'ONU attaquée à Tombouctou

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Réforme constitutionnelle, un texte, des controverses

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

TECH 24

L'archéologie en mode makers

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Revenu universel : une bonne idée ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Raul Castro à Paris : une nouvelle page dans les relations franco-cubaines ?

En savoir plus

FOCUS

La Californie en première ligne pour la reconnaissance des enfants transgenres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bernard Foccroulle, le souffle lyrique

En savoir plus

#ActuElles

RD Congo : la lutte contre les viols passe par la fin de l’impunité

En savoir plus

Culture

Journée décisive pour la maison Lacroix, en redressement judiciaire

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2009

Les éventuels candidats à la reprise de la maison de couture Christian Lacroix doivent déposer leur offre ce lundi au plus tard. Parmi les repreneurs potentiels, la société de conseil Bernard Krief Consulting (BKC).

AFP - La semaine à venir s'annonce décisive pour la maison de couture Christian Lacroix, placée en redressement judiciaire début juin, les éventuels candidats à sa reprise devant déposer leur offre au plus tard lundi.
   
L'administrateur judiciaire chargé du dossier, Régis Valliot, a reçu plusieurs "marques d'intérêt" pour la reprise de la griffe, dont celle de la société de conseil Bernard Krief Consulting (BKC), a-t-on indiqué à son cabinet.
   
Outre BKC, deux autres repreneurs potentiels se sont manifestés "dont un fournisseur", a indiqué à l'AFP Guillaume Martin, du cabinet d'expertise Méric et Associés, désigné par le comité d'entreprise (CE) de Christian Lacroix SNC.
   
Selon un membre du CE qui a souhaité garder l'anonymat, "beaucoup de dossiers ont été retirés auprès de l'administrateur judiciaire".
   
Créée en 1987 avec l'appui du numéro un mondial du luxe LVMH qui l'a vendue en 2005 au groupe américain Falic, spécialisé dans le duty free, la maison Christian Lacroix a enregistré l'an dernier dix millions d'euros de pertes, pour un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros. Elle compte 125 salariés. Le plan social prévoit la suppression de 112 emplois.
   
Le comité d'entreprise doit se réunir une nouvelle fois mardi après-midi.
   
Le précédent CE, mercredi, avait notamment entendu les conclusions du cabinet Méric et Associés.
   
Les experts plaident pour un prêt-à-porter haut de gamme et non pas de luxe, au côté de la haute couture, avec des collections intemporelles et une distribution recentrée sur un nombre de marchés restreint.
   
"La haute couture, ça perd de l'argent, c'est le budget de communication de la marque", explique M. Martin. "Derrière, si vous n'assurez pas des lignes de produits qui rencontrent un succès commercial, vous n'arrivez jamais à amortir le choc et à tirer bénéfice de votre investissement en termes de création".
   
Selon l'expert, des coûts "ont dérapé" et ils "peuvent être réduits assez sévèrement" pour diminuer le déficit et "donner du sens à la déclinaison en prêt-à-porter haut de gamme". A condition de ne pas "repartir tous azimuts" mais de "recapitaliser sur les vrais acquis de la présence de la marque sur certains marchés".
   
Le cabinet préconise aussi une "interpellation du pouvoir politique" car avec Christian Lacroix, "on touche quand même au patrimoine culturel français", estime M. Martin en regrettant qu'"il n'y ait pas eu de mobilisation d'autres groupes de luxe" comme PPR (Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga, Boucheron...) ou Hermès.
   
Christian Lacroix a déjeuné vendredi avec le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand mais rien n'a filtré de cet entretien.
   
M. Mitterrand avait exprimé début juillet sa volonté de "contribuer à trouver une solution" pour la maison de couture, estimant que sa disparition serait "un désastre culturel".
   
Les salariés, quant à eux, "ne bougent pas, ils sont plutôt fatalistes", constate un membre du CE. La mobilisation, "ce n'est pas dans la culture de l'entreprise" qui ne compte pas de syndicat, explique-t-il. Les salariés "ont gagné un mois, parce que normalement les lettres (ndlr : de licenciement) auraient dû partir fin juillet", ajoute-t-il. Mais "ils s'attendent à recevoir leur lettre au retour des vacances et à ne plus revenir dans l'entreprise".
 

Première publication : 27/07/2009

COMMENTAIRE(S)