Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Les restes du vol AH5017 d’Air Algérie retrouvés dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Moyen-Orient

Marathon diplomatique américain pour relancer les efforts de paix

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Christophe JOSSET

Dernière modification : 27/07/2009

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates (photo), était en Israël lundi pour rencontrer son homologue Ehoud Barak. L'émissaire américain, George Mitchell, s'est, lui, entretenu avec le président égyptien Hosni Moubarak.

Les efforts des États-Unis pour parvenir à la paix au Proche-Orient, considéré comme l'une des priorités de l'administration Obama, s’accentuent avec le marathon diplomatique des trois émissaires américains en visite dans la région. Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, est arrivé ce lundi en Israël pour rencontrer le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, alors que l'émissaire américain pour la paix au Proche-Orient, George Mitchell, doit s'entretenir avec le président égyptien Hosni Moubarak. Enfin, le conseiller présidentiel à la sécurité nationale, le général James Jones, ancien patron de l'Otan, doit prendre langue avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, mercredi.

 

"C'est le signe que les Israéliens et les Américains ont beaucoup de choses à se dire", commente Marc de Chalvron, correspondant à Jérusalem pour FRANCE 24. "La tâche numéro un de George Mitchell, depuis qu'il a été nommé, est de trouver un compromis au sujet de la colonisation israélienne, ce qui permettrait de relancer les négociations du processus de paix", ajoute-t-il. Cependant Benjamin Netanyahou refuse le gel de ce qu'il présente comme l'extension "naturelle" des colonies existantes.

  

Relations diplomatiques tendues

 

"Israël est sensible à cette pression diplomatique, ils savent ce qui se trame à Washington, et ne cherchent pas le conflit, explique sur le plateau de FRANCE 24 Gil Mihaely, journaliste au Yediot Aharonot, quotidien le plus lu en Israël. Je pense qu'ils sont proches d'obtenir un consensus au sujet des colonies."

 

La colonisation est un problème "secondaire par rapport aux autres problèmes majeurs, notamment la nucléarisation de l'Iran", répond Charles Meyer, avocat au barreau d'Israël, vice-président de l'association France-Israël, sur le plateau de FRANCE 24. Ce désaccord au sujet des colonies entre les États-Unis et Israël pèse lourd dans la balance diplomatique. "Il y a un refroidissement indiscutable dans les relations entre les deux pays mais je pense que ce ne sera pas durable", poursuit l'avocat.

 

Lorsque l'administration Obama fait pression sur ces colonies, Israël réplique sur les relations avec l'Iran. "Les États-Unis pratiquent actuellement la politique de la main tendue vis-à-vis de Téhéran, ils vont donc essayer de calmer les ardeurs israéliennes tout en les rassurant, analyse Marc de Chalvron. Toutefois, cette politique d'ouverture ne sera pas éternelle, il va falloir que l'Iran fasse des gestes assez rapidement."

 

Négociations autour des avions de chasse F-35

 

C'est dans ce contexte que Robert Gates doit rencontrer, lundi matin, son homologue israélien Ehoud Barak, avant d'entamer d'autres discussions avec Benjamin Netanyahou. Au menu de ces rencontres, les États-Unis et Israël doivent négocier l'achat éventuel d'une centaine de nouveaux avions de chasse furtifs F-35 Joint Strike de Lockheed Martin, pour un montant total estimé à 15 milliards de dollars. Année de livraison prévue : 2014.

 

Le renforcement de l'arsenal militaire n'éclipse pas pour autant le dialogue. "Une paix globale est le seul chemin pour garantir stabilité, sécurité et prospérité à tous les pays de la région", a martelé, dimanche, George Mitchell après son entretien qualifié de "franc et positif" avec le président syrien Bachar al-Assad. L’émissaire américain a affirmé qu'il s'agit de la "vision personnelle" du président américain Barack Obama. De son côté, le président syrien a réitéré la volonté de Damas de "récupérer les terres arabes occupées via une paix juste et globale basée sur les résolutions internationales et sur le principe de l'échange de la terre contre la paix".

 

Les États-Unis veulent une normalisation des relations

 

Le programme chargé de George Mitchell dans la région témoigne de la volonté des États-Unis d'obtenir des avancées sur le processus de paix au Proche-Orient. Après sa rencontre dimanche avec le président syrien et celle de lundi avec le président égyptien, il doit lui aussi s'entretenir avec le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et enfin le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

 

"Les États-Unis voudraient parvenir à une totale normalisation des relations entre Israël et tous les pays de la région", expliquait George Mitchell depuis Damas. Après l’Etat hébreu, Robert Gates doit, quant à lui, se rendre en Jordanie pour des discussions avec le roi Abdallah II au sujet de la coordination des efforts pour garantir la stabilité de l'Irak.

 

Première publication : 27/07/2009

COMMENTAIRE(S)