Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Mitchell assure que les discussions sur la colonisation progressent

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2009

L'émissaire américain au Proche-Orient n'est pas parvenu à un accord sur les colonies juives lors de son entretien avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou mais a affiché son optimisme quant à l'avancée des discussions.

Reuters -  Après un entretien mardi à Jérusalem avec Benjamin Netanyahu, George Mitchell, représentant américain pour le Proche-Orient, a dit n'être pas parvenu à un accord sur l'épineuse question des colonies juives, mais il a assuré avoir réalisé de "bons progrès" en ce sens.
 
Faisant écho à cet optimisme au terme de leur rencontre de deux heures, le Premier ministre israélien s'est dit confiant que les efforts de l'administration de Barack Obama et de l'Etat juif pour promouvoir la paix "finiraient pas être couronnés de succès".
 

"Nous attendons avec impatience de poursuivre nos discussions pour en arriver à un point où nous pourrons tous avancer vers la conception qu'a le président Barack Obama d'une paix globale, qui, je le sais, est aussi partagée par le Premier ministre et tous les autres dans la région", a dit Mitchell.
 
Le chef de la Maison blanche exige d'Israël qu'il gèle toutes les activités de colonisation à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée, conformément à la "feuille de route" internationale pour la paix qu'ont acceptée en 2003 Israéliens
et Palestiniens.
 
Benjamin Netanyahu a promis à Barack Obama de ne pas créer de nouvelles colonies mais il revendique fermement le droit d'Israël de développer les implantations existantes pour tenir compte, selon lui, de la croissance démographique "naturelle" de leur population.
 
"Toujours un fossé avec les israéliens"
 
Le président palestinien Mahmoud Abbas a réaffirmé lundi à l'émissaire américain que l'Autorité autonome qu'il dirige ne reprendrait pas les négociations de paix avec Israël, suspendues l'an dernier, sans un gel total des activités de colonisation.
 
George Mitchell a confié au dirigeant palestinien qu'il continuait ses tractations avec Israël pour aboutir à un accord à ce sujet, tout en ajoutant : "Il y a toujours un fossé entre nous et les Israéliens sur la question des implantations."
 
George Mitchell avait préalablement soulevé la question dimanche avec le ministre israélien de la Défense, le travailliste Ehud Barak, qui a évoqué la possibilité de s'en tenir au simple parachèvement des travaux en cours dans les colonies en échange de gestes de pays arabes envers Israël.
 
L'émissaire américain a dit travailler en ce sens, mais, jusqu'à présent, rien ne laisse penser que les pays visés, comme la Syrie ou l'Arabie saoudite, soient prêts à avancer vers une normalisation de leurs rapports avec l'Etat juif sans un gel total de la colonisation.
 
A Ramallah, George Mitchell a confié que Washington faisait "tout son possible pour parvenir à une paix globale entre Israéliens et Palestiniens, entre la Syrie et les Israéliens, entre Israël et le Liban, ainsi qu'à la normalisation des relations entre Israël et tous les pays de la région".
 
Barack Obama veut "une reprise rapide des négociations de fond qui puissent aboutir rapidement, ce qui signifie que chacun doit prendre des initiatives, certaines difficiles, certaines controversées, afin de créer le contexte indispensable" au succès, a souligné l'ancien sénateur démocrate.
 
Mitchell et Netanyahu sont convenus de se revoir à une date non précisée. Le Premier ministre israélien doit recevoir mercredi Jim Jones, conseiller à la sécurité nationale d'Obama, et plusieurs autres hauts collaborateurs de la Maison blanche.

Première publication : 28/07/2009

COMMENTAIRE(S)