Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abdellah Taïa, écrivain, marocain, gay et musulman

En savoir plus

MODE

Salon Première Vision : la technologie à l'assaut de la mode

En savoir plus

Moyen-Orient

Washington allège ses sanctions commerciales contre Damas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2009

Au lendemain de la visite à Damas de l'émissaire américain George Mitchell, la Maison Blanche a émis le souhait de développer les échanges commerciaux avec la Syrie. Sans pour autant lever les sanctions qui pèsent sur le pays.

AFP - L'administration Obama a fait un geste en direction de la Syrie en soulageant la pression des sanctions commerciales américaines, a indiqué lundi un porte-parole de la Maison Blanche.

Lors de ses entretiens dimanche avec le président syrien Bachar al-Assad, l'émissaire du président Barack Obama pour le Proche-Orient, George Mitchell, a dit à son hôte que les Etats-Unis traiteraient "le plus rapidement possible" les demandes d'exemption syriennes des sanctions américaines en ce qui concerne les exportations de technologies de l'information, d'équipements de télécommunication, ou de composants pour l'aviation civile, a indiqué ce porte-parole, Tommy Vietor.

Il a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une levée des sanctions.

"Modifier les sanctions américaines réclamerait une coordination et des consultations étroites avec le Congrès", a-t-il dit.

Le régime des sanctions américaines imposées à la Syrie prévoit des exemptions, mais les entreprises américaines ne demandent pas systématiquement à en bénéficier.

Cette ouverture fait partie des efforts prudents entrepris par l'administration Obama en direction du régime syrien, allié du régime islamique iranien et, comme lui, l'une des bêtes noires du gouvernement américain dans la région.

Washington a annoncé le 24 juin l'envoi d'un nouvel ambassadeur en Syrie après quatre ans d'absence.

L'émissaire de M. Obama au Proche-Orient a discuté directement avec le président Assad dimanche des moyens de parvenir à une paix globale dans la région entre Arabes et Israéliens, et d'améliorer les relations entre les Etats-Unis et la Syrie.

Première publication : 28/07/2009

COMMENTAIRE(S)