Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Au Kurdistan irakien, Gates tente d'apaiser les tensions avec Bagdad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/07/2009

En visite au Kurdistan irakien, le secrétaire américain à la Défense s'efforce de régler le conflit qui oppose les autorités locales au gouvernement central, le "facteur d'instabilité numéro un" en Irak selon le chef des forces américaines.

REUTERS - Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, s'est rendu mercredi au Kurdistan irakien pour tenter d'apaiser les tensions entre les autorités autonomes locales et le gouvernement central.

Le chef du Pentagone a rencontré Massoud Barzani, l'ancien chef de guérilla et actuel président du Kurdistan. Le gouvernement régional, qui siège à Erbil, est en désaccord avec Bagdad sur des questions de partage des terres, de pétrole et d'électricité.

Ces tensions ont été qualifiées mardi par le général Ray Odierno, chef des forces américaines en Irak, de "facteur d'instabilité numéro un" en Irak.

Gates, qui est arrivé mardi en Irak pour sa 10e visite en tant que chef du Pentagone, a proposé l'aide de Washington pour trouver des solutions au contentieux.
La visite du secrétaire américain à la Défense intervient dans la foulée des élections législatives et présidentielle qui ont eu lieu ce week-end au Kurdistan.

Les deux partis au pouvoir au Kurdistan autonome devraient obtenir 60% des voix et le président Barzani être facilement réélu, malgré une bonne prestation des partis d'opposition.
 

Première publication : 29/07/2009

COMMENTAIRE(S)