Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Au Kurdistan irakien, Gates tente d'apaiser les tensions avec Bagdad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/07/2009

En visite au Kurdistan irakien, le secrétaire américain à la Défense s'efforce de régler le conflit qui oppose les autorités locales au gouvernement central, le "facteur d'instabilité numéro un" en Irak selon le chef des forces américaines.

REUTERS - Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, s'est rendu mercredi au Kurdistan irakien pour tenter d'apaiser les tensions entre les autorités autonomes locales et le gouvernement central.

Le chef du Pentagone a rencontré Massoud Barzani, l'ancien chef de guérilla et actuel président du Kurdistan. Le gouvernement régional, qui siège à Erbil, est en désaccord avec Bagdad sur des questions de partage des terres, de pétrole et d'électricité.

Ces tensions ont été qualifiées mardi par le général Ray Odierno, chef des forces américaines en Irak, de "facteur d'instabilité numéro un" en Irak.

Gates, qui est arrivé mardi en Irak pour sa 10e visite en tant que chef du Pentagone, a proposé l'aide de Washington pour trouver des solutions au contentieux.
La visite du secrétaire américain à la Défense intervient dans la foulée des élections législatives et présidentielle qui ont eu lieu ce week-end au Kurdistan.

Les deux partis au pouvoir au Kurdistan autonome devraient obtenir 60% des voix et le président Barzani être facilement réélu, malgré une bonne prestation des partis d'opposition.
 

Première publication : 29/07/2009

COMMENTAIRE(S)