Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Culture

De la banlieue à Hollywood, l'histoire de Saïd Taghmaouï

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Allaoua MEZIANI , Emmanuel VERSACE , Hasnae MALIH

Dernière modification : 31/07/2009

De passage à Paris, l'acteur français Saïd Taghmaouï a rendu visite à la rédaction de france24.com. Le héros du dernier blockbuster "GI Joe" revient sur ses débuts, ses origines et leurs influences dans le choix de ses rôles.



Dans le dernier blockbuster américain "GI Joe : le réveil du Cobra'" - dont la sortie est prévue le 5 août en France -, Saïd Taghmaouï réalise un rêve d'enfant en interprétant Breaker.

A l'origine, ce personnage, créé en 1982 sous forme de figurine - comme tous les autres personnages du film - est un officier militaire spécialiste en communication et familier de l'Otan et du Pacte de Varsovie. Mais les temps changent et à l'heure de la mondialisation, Breaker n'est plus Alvin R. Kibbey de Gatlinburg dans le Tennessee, mais il devient  Abel "Breaker" Shaz, un officier arabe.




Issu de l'immigration - ses parents sont marocains -, Saïd Taghmaouï raconte à travers son expérience sa difficile ascension dans le milieu du cinéma. Quatorze ans après "la Haine", il compare le destin des trois acteurs du film qu'il donne comme exemple de la difficile intégration des enfants des banlieues. "Vincent Cassel travaille beaucoup en France. Hubert Koundé, le Noir de l'histoire, a complètement disparu et si je n'avais pas eu cette passion qui m'a fait partir aux États-Unis, je ne serais pas là à vous parler."

Sorti en 1995, c'est le film choc sur la banlieue française "La Haine", de Mathieu Kassovitz, qui révèle Saïd Taghmaouï au grand public. Co-auteur du film, le jeune acteur a non seulement découvert sa vocation mais également la force du septième art.

Première publication : 30/07/2009

COMMENTAIRE(S)