Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Asie - pacifique

Le marché de la kalachnikov s'envole

Vidéo par Anne-Isabelle TOLLET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/07/2009

Malgré l'interdiction de vente d'armes automatiques au Pakistan, les fusils d'assaut russes de type kalachnikov se vendent comme des petits pains. En moins d'un an, le prix de ces armes automatiques a été multiplié par cinq.

C'est l'arme de prédilection des guérilleros du monde entier. Inventé dans les années 40 par l'ingénieur russe Mikhail Kalachnikov, ce fusil - qui porte son nom - voit sa cote s'envoler au Pakistan, malgré son illégalité.

 

À Peshawar, base arrière et lieu de ravitaillement des Taliban, il semble difficile de se procurer ces fusils d'assaut. "On ne ne vend pas de Kalachnikov, c'est interdit par la loi. Mais c'est vrai que les prix ont augmenté. Ça coûte maximum 1 000 euros", explique un vendeur d'armes à Peshawar qui préfère rester anonyme.

 

Pour en trouver, il faut s'aventurer vers Dara Adam Kheil, située dans les zones tribales proches de la frontière afghanes.

 

Sur place, un fabricant d'armes confie à FRANCE 24 qu'il vend bien des kalachnikov, mais il refuse qu'on le filme. "Ça coûte beaucoup plus maintenant", précise-t-il. Aujourd'hui, une telle arme vaut cinq fois plus cher qu'il y a un an.

Première publication : 30/07/2009

COMMENTAIRE(S)