Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Asie - pacifique

Le marché de la kalachnikov s'envole

Vidéo par Anne-Isabelle TOLLET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/07/2009

Malgré l'interdiction de vente d'armes automatiques au Pakistan, les fusils d'assaut russes de type kalachnikov se vendent comme des petits pains. En moins d'un an, le prix de ces armes automatiques a été multiplié par cinq.

C'est l'arme de prédilection des guérilleros du monde entier. Inventé dans les années 40 par l'ingénieur russe Mikhail Kalachnikov, ce fusil - qui porte son nom - voit sa cote s'envoler au Pakistan, malgré son illégalité.

 

À Peshawar, base arrière et lieu de ravitaillement des Taliban, il semble difficile de se procurer ces fusils d'assaut. "On ne ne vend pas de Kalachnikov, c'est interdit par la loi. Mais c'est vrai que les prix ont augmenté. Ça coûte maximum 1 000 euros", explique un vendeur d'armes à Peshawar qui préfère rester anonyme.

 

Pour en trouver, il faut s'aventurer vers Dara Adam Kheil, située dans les zones tribales proches de la frontière afghanes.

 

Sur place, un fabricant d'armes confie à FRANCE 24 qu'il vend bien des kalachnikov, mais il refuse qu'on le filme. "Ça coûte beaucoup plus maintenant", précise-t-il. Aujourd'hui, une telle arme vaut cinq fois plus cher qu'il y a un an.

Première publication : 30/07/2009

COMMENTAIRE(S)