Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

L'opposition pro-occidentale devance le Parti communiste

Vidéo par Clovis CASALI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2009

Les quatre principales formations de l'opposition moldave totalisent jeudi 50,7 % des voix, devançant les communistes, qui ne recueillent que 45,1 %. Il s'agit de résultats quasi-définitifs, 97,5 % des bulletins ayant été dépouillés.

REUTERS - L'opposition moldave, pro-occidentale, s'est déclarée jeudi prête à constituer une large coalition, les résultats des législatives de mercredi, encore partiels, montrant que les communistes sont en recul par rapport au scrutin du 5 avril.

 

Alors que 97,5% des bulletins de vote étaient dépouillés, les communistes recueillaient 45,1% des voix, ce qui leur donnerait 48 des 101 sièges du parlement. Or, il leur en faudrait 61 pour pouvoir imposer à eux seuls leur candidat à la présidentielle.

 

C'est le parlement qui élit le chef de l'Etat en Moldavie. Le président sortant, le communiste Vladimir Voronine, ne peut briguer un troisième mandat. A 68 ans, il entend cependant continuer à jouer un rôle politique de premier plan et a conduit la campagne électorale de son parti, le PCM (Parti des communistes de Moldavie).

 

Aux précédentes législatives, le 5 avril, les communistes avaient obtenu près de 50% des voix, ce qui leur donnait 60 des 101 sièges parlementaires contre 41 à l'opposition. Mais il manquait une voix, cruciale, au camp de Vladimir Voronine pour pouvoir faire élire son candidat à la présidence.

 

Les quatre principales formations de l'opposition totalisent jeudi 50,7% des suffrages, ce qui équivaudrait à 53 sièges.

 

En deuxième position, aux législatives de mercredi, viennent les Libéraux démocrates (opposition), avec 16,4% selon les résultats presque définitifs.

Les Libéraux arrivent en troisième position avec 14,4% et les Démocrates sont quatrièmes avec 12,5%. L'alliance Notre Moldavie est en cinquième place à 7,4%.

 

Le dirigeant des Libéraux démocrates a annoncé dans la nuit que l'opposition chercherait à former une large coalition d'opposition aux communistes.

 

"La démocratie et la vérité ont enfin été victorieuses. Nous nous battions pour ça depuis longtemps, avec bien des difficultés", a déclaré à Reuters Vlad Filat.

 
Participation en hausse
 

"Il y aura bel et bien une coalition, une large coalition dans les intérêts de la population. Nous trouverons le compromis nécessaire et un accord afin que la Moldavie soit enfin gouvernée démocratiquement", a-t-il continué.

 

Ces nouvelles législatives ont été provoquées par la dissolution, le 15 juin, du Parlement élu deux mois plus tôt, faute d'accord sur l'élection d'un successeur à Vladimir Voronine à la tête de l'Etat.

 

La participation a été plus élevée mercredi que le 5 avril puisque, selon la commission électorale, 58,8% des 2,6 millions d'électeurs inscrits sont allés voter, contre 54% au précédent scrutin.

 

Les résultats d'avril avaient déclenché de violentes manifestations de jeunes qui avaient mis à sac la présidence et le siège du Parlement à Chisinau. Vladimir Voronine avait accusé la Roumanie voisine d'être à l'origine de ces troubles.

 

Les communistes prônent un "partenariat stratégique" avec la Russie tout en souhaitant un rapprochement avec l'Union européenne. Ils soupçonnent la Roumanie de chercher à absorber la Moldavie, qui lui a appartenu par le passé et avec laquelle Bucarest conserve des liens historiques et linguistiques.

 

La Russie maintient des troupes dans la région séparatiste moldave de Transnistrie, où vivent des russophones, et répond à plus de 90% des besoins énergétiques du pays. Elle lui a promis 500 millions de dollars de prêts pour faire face à la crise.

 

La campagne a mis en évidence un fossé entre l'électorat de Voronine, souvent rural et pauvre, et les électeurs urbains de ses adversaires, qui comptent beaucoup de jeunes et aspirent à intégrer l'Europe.

 

Première publication : 30/07/2009

COMMENTAIRE(S)