Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" serait déprogrammé du FESPACO

En savoir plus

FOCUS

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

En savoir plus

FOCUS

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

En savoir plus

FOCUS

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

En savoir plus

FOCUS

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En savoir plus

FOCUS

Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fumio Kishida , ministre des Affaires étrangères du Japon

En savoir plus

POLITIQUE

"Le vrai problème, c’est le fonctionnement de l’État grec"

En savoir plus

Sports

Michel Desjoyaux au départ de la Solitaire du Figaro

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2009

Cinquante-deux skippers, dont le Français Michel Desjoyaux (photo), vainqueur du Vendée Globe en début d'année, prennent jeudi le départ de la 40e édition de la Solitaire du Figaro, à Lorient.

AFP - Les 52 skippeurs de la Solitaire du Figaro, une course à la voile en quatre escales au départ de Lorient, s'élancent ce jeudi de la défunte base sous-marine morbihannaise pour une 40e édition fascinante à plusieurs égards.

Jacques Caraes, le directeur de course, souligne en premier lieu la "qualité et le nombre" des coureurs, qui "s'expliqueront sur un beau parcours".

En effet, cinq anciens vainqueurs sont au départ, avec Michel Desjoyeaux (Foncia), l'illustre vainqueur du Vendée Globe en début d'année, qui sera à la lutte avec Armel Le Cléac'h (Brit Air), Jérémie Beyou (Bernard Paoli), Eric Drouglazet (Luisina) et Charles Caudrelier (Bostik).

D'autres prétendants tout aussi performants auront leur mot à dire, notamment Gildas Morvan (Cercle Vert), Erwan Tabarly (Athema) et Yann Eliès (Generali), les trois vainqueurs des quatre course du début de saison.

Autour d'eux figurent 15 débutants et une seule femme, la navigatrice franco-allemande Isabelle Joschke (Synergie).

Le prologue mardi a laissé entrevoir une nouvelle course très serrée et indécise: après plus de trois heures de course, Beyou ne s'est imposé qu'avec 29 secondes d'avance sur Fred Duthil (BBox Bouygues Telecom).

"C'est vrai que dans le prologue ça ne plaisantait pas, sourit Desjoyeaux, septième à sept minutes de Beyou. Tout le monde a envoyé les spis, parfois un peu trop tôt comme moi. Sur ce prologue on a bien vu que le niveau était très élevé."

Le double vainqueur du Vendée Globe, à qui tous les observateurs prédisent une 4e victoire dans la Solitaire, est égal à lui même, préparé, déterminé. S'il reste la référence, il va aussi surveiller de très près ses opposants.

"J'ai bien vu qui sont mes principaux adversaires et je ne me suis pas trompé", dit-il sans citer de nom.

Cette course est unique en son genre en terme de difficultés, la principale étant de remettre la machine humaine au rythme marin après chaque escale.

Chaque étape recèle ses spécificités. La première avec l'arrivée à La Corogne (nord-ouest de l'Espagne) où la Solitaire a déjà fait escale 11 fois, est bien connue, à différents titres des navigateurs, soit pour y avoir fait escale, soit pour s'y être réfugié après un "coup de tabac".

Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée), terme de la deuxième étape, n'a en revanche accueilli la Solitaire que deux fois.

De la Vendée, la flotte se dirigera ensuite vers Dingle pour la troisième étape. Dans cette zone au sud-ouest de l'Irlande, la côte est tailladée par les vents, et il vaut mieux y arriver avec la marée dans le bons sens.

Les courants joueront encore un rôle essentiel pour la quatrième et dernière étape, de Dingle à Dieppe (Seine-Maritime), que la Solitaire va visiter pour la première fois.

Première publication : 30/07/2009

COMMENTAIRE(S)