Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Afrique

Les Tunisiens privés de pèlerinage pour cause de grippe A (H1N1)

©

Texte par Imed BENSAIED

Dernière modification : 31/07/2009

Tunis a suspendu le petit pèlerinage ou "omrah", que les musulmans accomplissent à La Mecque, en raison de l’inexistence de vaccin contre la grippe A (H1N1). D'autant que les garanties de traitement sur place ne sont pas réunies.

La Tunisie a annoncé, mardi dernier, avoir suspendu le petit pèlerinage (“omrah”) que les musulmans accomplissent à La Mecque durant le mois de jeûne du ramadan (22 août-19 septembre), en raison de l’inexistence de vaccin contre la grippe A (H1N1).  

Le ministre des Affaires religieuses, Bou Bakr Kharouzi, a précisé que, pour l’instant, “le vaccin contre le virus reste au stade de l’expérimentation” et que, le pèlerinage rassemblant des centaines de milliers de personnes issues d’origines diverses, “les risques d’exposition à la grippe” sont réels. Il a aussi argué du fait que les garanties de traitement sur place de patients potentiels étaient loin d’être réunies.

Une décision qui ne fait pas l’affaire des agences de voyage

Le gouvernement tunisien a désigné une commission ad hoc, composée de médecins et de religieux, dont la mission est d’étudier le développement du virus et sa propagation dans le monde. C’est cette commission qui a conclu à la nécessité d’interdire aux Tunisiens d’aller accomplir le petit pèlerinage. La décision a ensuite été validée par le grand mufti de Tunisie.


La Tunisie devient ainsi le premier pays arabo-musulman à interdire la “omrah” à ses ressortissants. La décision des autorités tunisiennes pourraient avoir de fâcheuses conséquences pour les agences de voyages, qui misaient sur les revenus des voyages en Arabie saoudite pour  rattraper les pertes enregistrées depuis le début de l’année.

Responsable des ventes à Avian Tour, Hamid Mchéli explique que son agence n’a pas été “tellement sollicitée cette saison, encore moins pour des voyages de petit pèlerinage en raison de la crise financière”, ajoutant que “l’érosion du dinar tunisien par rapport à l’euro et au dollar a augmenté les coûts des voyages à l’étranger”.

Hamid  Mchéli avoue avoir “senti la catastrophe venir avec les premières rumeurs évoquant une éventuelle suspension du petit pèlerinage”. “L’annonce officielle de cette décision a été pour nous le coup de grâce”, soupire-t-il.

Une décision “logique et nécessaire”

Abdesslam Lahmar, lui, est responsable des réservations à l’agence Belle Vue, à Tunis. Il s’attend “à des conséquences négatives pour la saison en cours”. “Pour sauver la mise, explique-t-il, on essayera de nous tourner vers de nouvelles destinations, comme l’Egypte, la Turquie, la Syrie, voire la Thaïlande.”

De son côté, le directeur de la Fédération tunisienne des agences de voyages a présenté à la presse des estimations prévoyant des pertes atteignant les 4 millions de dinars tunisiens soit 2,5 millions d’euros.

Le journaliste ayant le premier relayé l’information relative à une suspension par les autorités tunisiennes du petit pèlerinage, Hafedh Gharbi, juge la décision “logique et nécessaire”, car elle “préservera le capital humain de ce petit pays. Ce pays qui doit protéger ses citoyens et la bonne réputation de son service médical, surtout que les Tunisiens vivent beaucoup du tourisme”. Pour lui, “ne pas pouvoir contrôler la propagation de la grippe A (H1N1) affecterait  sérieusement les activités touristiques” de la Tunisie.

Concernant le pèlerinage, le ministre des Affaires religieuses a souligné que la Tunisie s’en tiendrait fermement aux conditions fixées par l'Arabie saoudite. Il s’agit notamment de n’autoriser que les personnes dont l’âge est compris entre 12 et 65 ans.
 

Première publication : 30/07/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)