Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les conditions de travail mises en cause après un suicide

Texte par Yi SONG , Apoorva PRASAD

Dernière modification : 03/08/2009

Deux semaines après le suicide d’un jeune employé dans une usine chinoise de sous-traitance d'Apple, Foxconn (photo), le débat est relancé sur les difficiles conditions de travail dans les usines.

Un employé chinois de 25 ans travaillant pour Foxconn, assembleur de l' iPhone, s'est suicidé le 16 juillet dernier après la disparition d'un prototype de la quatrième génération du téléphone mobile à succès d'Apple. Ce drame soulève de nombreuses questions sur les conditions de travail dans les usines de sous-traitance et les lois du travail en Chine.


Sun Dan-Yong travaillait pour Foxconn, entreprise taiwanaise qui se veut être un des plus gros assembleurs de matériels informatiques et électroniques au monde. La compagnie est, depuis dix ans, le sous-traitant d'Apple.

 

L’employé se serait vu confier le lot de 16 prototypes secrets d'iPhone. Au moment de les envoyer à Apple, il se serait aperçu de l'absence de l'un des modèles, ce qu'il signale le 13 juillet. C’est le début d’une descente aux enfers pour le jeune Sun : interrogatoires, appartament fouillé, etc. Trois jours plus tard, il se donne la mort en sautant de son appartement situé au 12e étage d’un immeuble de Shenzhen, dans le sud du pays.


Deux enquêtes en cours
 

Son employeur, Foxconn, a publié un communiqué dans lequel il estime que Sun “n’a pas été capable de faire face au stress” subi après la disparition de l’un des prototypes de l’iPhone.

De leur côté, les médias chinois révèlent qu’avant son décès, Sun a subi un interrogatoire et a été battu par les agents de sécurité de Foxconn. Pour l'heure, l’entreprise n’a pas officiellement infirmé ou confirmé ces informations, mais l’entreprise a fait savoir, par voix de presse, que le superviseur de la section de sécurité avait été suspendu.

 
Foxconn a également offert un chèque de compensation à la famille de Sun. Selon le New York Times, les parents du jeune défunt auraient reçu 44 000 dollars (plus de 30 000 euros) et sa petite amie se serait vu offrir un Macbook d'Apple.


Par ailleurs, l'entreprise chinoise se refuse à tout autre commentaire sur ce drame. Pour sa part, Apple se dit “attristé” par la mort tragique de l’employé et dit attendre les résultats de l’enquête sur le décès. Deux enquêtes sont en cours, l'une menée par la police, la seconde par le ministère du Travail de Shenzhen, dans la province du Guangdong, dans le sud du pays.


Sun Danyong était commercial chez Foxconn depuis l'an dernier. Son travail consistait à envoyer les prototypes d'iPhone à Apple, un poste sensible car l'iPhone constitue un des plus grands succès commerciaux de l'entreprise américaine d'informatique, avec environ 21 millions d'unités vendues. Mais aussi parce qu'une partie du succès d'Apple repose sur le mystère qui plane autour des produits. 

"Style de management très militaire"


Foxconn travaille avec Apple, Nintendo, Sony et d’autres grandes marques de renom. Pourtant, les syndicats de travailleurs considèrent Foxconn comme une entreprise connue pour maltraiter ses employés. 
 

“Avant cet incident, Foxconn a déjà été pointé du doigt par les médias à cinq reprises, en raison des conditions de travail. Foxconn est synonyme de mauvaises conditions de travail”, indique à FRANCE 24 Dee Lee, directeur d’un syndicat de travailleurs, Handshake Labour, basé près de Guangzhou, capitale du Guangdong.

 
Par ailleurs, China Labour Watch, un observatoire du travail en Chine, basé à New York, a publié un rapport en août dernier détaillant le traitement des employés de Foxconn qui travaillent de longues heures dans des conditions déplorables.


Interrogé par FRANCE 24, le directeur de l’observatoire, Li Qiang, relate que Foxconn “applique un style de management très militaire dans ses usines. Foxconn est très rude avec ses salariés. C’est un fait que nous constations systématiquement dans ses usines".


En 2008, un nouvelle loi du travail devait améliorer les conditions de travail dans les usines en Chine. Mais Foxconn “n’a pas complètement appliqué cette loi”, souligne Li, ajoutant que “Sun DanYong devait sans doute travailler tard le soir et faire des heures supplémentaires".


China Labour Watch a contacté Apple au sujet de ce rapport, mais n’a jamais eu de retour.


Dans son communiqué diffusé à la suite du drame, la compagnie d'informatique concluait simplement : “Nous exigeons que tous nos fournisseurs traitent leurs employés avec dignité et respect ".

Première publication : 31/07/2009

COMMENTAIRE(S)