Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Asie - pacifique

La Cour suprême invalide l'état d'urgence décrété par Musharraf en 2007

Texte par Marc LELLIÈVRE , , correspondant FRANCE 24 à Islamabad

Dernière modification : 31/07/2009

Ce vendredi, la Cour suprême du Pakistan a jugé illégale la décision de Pervez Musharraf d'imposer l'état d'urgence en novembre 2007. Beaucoup de Pakistanais espèrent maintenant que l'ancien président sera poursuivi pour trahison.

"Vive la Cour suprême ! Vive le juge !" Dans la grande salle de la Cour suprême d'Islamabad, c'est l'explosion de joie parmi les avocats. Ils viennent d'entendre Iftikhar Chaudhry, le président de la Cour, qui a déclaré illégale la décision prise par l'ancien président Pervez Musharraf d'imposer l'état d'urgence le 3 novembre 2007. Ce jour-là, le général Musharraf avait suspendu la Constitution et renvoyé les juges de la Cour suprême parce qu'ils s'opposaient à sa réélection.

La décision que vient de prendre la Cour suprême pourrait ouvrir la voie à un procès pour trahison contre l'ancien président. Cependant, les avocats ne se font pas beaucoup d'illusions : "Désormais, seul le gouvernement peut décider de lancer une plainte contre lui. Mais je doute qu'il le fasse car, dans ce cas, d'autres généraux qui ont participé à l'instauration de l'état d'urgence pourrait être mis en cause", explique l'un d'eux. Or au Pakistan, l'armée est très puissante et pourrait tout faire pour dissuader le gouvernement d'engager une procédure.

Mais pour les avocats, qu'importe. Ce qui compte, c'est que ce jugement de la Cour suprême est un symbole : "C'est la première fois dans notre histoire que la Cour déclare anticonstitutionnelle une décision prise par un dictateur militaire. Cela servira d'exemple à tous ceux qui voudraient un jour violer la Constitution", se félicite Nawaz Ranjha, un avocat pakistanais. Depuis sa création en 1947, le Pakistan a connu quatre dictatures militaires.

Première publication : 31/07/2009

COMMENTAIRE(S)