Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Asie - pacifique

Le verdict du procès d'Aung San Suu Kyi reporté en août

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/07/2009

Le verdict dans le procès de l'opposante Aung San Suu Kyi, attendu ce vendredi, a été reporté au 11 août, selon des sources judiciaires citées par l'AFP. Assignée à résidence, elle risque 5 ans de prison pour avoir hébergé un Américain.

AFP - Le verdict dans le procès de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, accusée d'avoir enfreint les règles de son assignation à résidence, a été renvoyé au 11 août, ont annoncé vendredi un responsable birman et un diplomate.

"La date du verdict a été ajournée au 11 août. La raison invoquée par les juges est qu'ils doivent réexaminer le dossier", a déclaré un diplomate qui assistait à la brève audience à la prison d'Insein (nord de Rangoun).

Plus tôt dans la matinée, la sécurité avait été renforcée aux abords de la prison où Mme Suu Kyi est incarcérée depuis le 14 mai et jugée depuis le 18 mai.

La lauréate du prix Nobel de la paix 1991 risque jusqu'à cinq années d'emprisonnement, ce qui l'écarterait de facto du paysage politique pendant les élections controversées que la junte entend organiser en 2010.

La "Dame" de Rangoun est accusée d'avoir hébergé les 4 et 5 mai un Américain de 53 ans, John Yettaw, qui, dans des circonstances mystérieuses, a réussi à gagner à la nage sa demeure, située au bord du lac Inya, à Rangoun.

M. Yettaw, mormon et ancien militaire qui est lui aussi jugé avec les deux dames de compagnie de Mme Suu Kyi, a affirmé qu'il s'était rendu chez l'opposante après avoir eu "une vision selon laquelle elle allait être assassinée".

L'icône mondiale du combat démocratique a passé 13 des 19 dernières années en résidence surveillée, depuis que la junte militaire a refusé d'admettre sa victoire aux dernières élections organisées en Birmanie, en 1990.

La junte s'emploie depuis près de 20 ans à museler l'opposante, dont elle redoute la popularité toujours grande.

Les chancelleries occidentales ont qualifié le procès de "farce" visant à justifier son maintien en détention. La période d'assignation à résidence de Mme Suu Kyi expirait théoriquement le 27 mai et nombre d'observateurs ont estimé qu'avec ce procès, la junte avait trouvé un prétexte pour prolonger sa détention.

Les Etats-Unis, qui viennent de renouveler pour trois ans leurs sanctions commerciales contre la Birmanie, ont à nouveau appelé jeudi les militaires au pouvoir à libérer le seul prix Nobel de la paix à être privé de liberté dans le monde.

Face aux appels de la communauté internationale en faveur d'une libération de Mme Suu Kyi, la junte a incité "les pays étrangers (à) s'abstenir d'interférer dans les affaires intérieures de la Birmanie".

Des personnalités --parmi lesquelles la prix Nobel de la Paix iranienne Shirin Ebadi, le footballeur anglais David Beckham et les acteurs américains George Clooney et Julia Roberts-- se sont également mobilisées via Internet pour apporter leur soutien à Mme Suu Kyi.

L'armée est au pouvoir depuis 1962 en Birmanie.

Première publication : 31/07/2009

COMMENTAIRE(S)