Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le site du festival de Melbourne attaqué depuis la Chine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/08/2009

À quelques jours de la visite de la militante ouïgoure Rebiya Kadeer (en photo) à Melbourne en Australie, le site internet du festival du film de la ville a été attaqué, pour la seconde fois, depuis la Chine, selon les organisateurs.

REUTERS - Le site internet du festival international du film de Melbourne a été victime d'une cyberattaque en provenance de Chine, à quelques jours de la venue dans la ville australienne de la militante ouïgoure Rebiya Kadeer, ont annoncé samedi les organisateurs.

C'est la deuxième attaque de ce type contre ce site en quelques jours.

Vendredi, l'ambassadeur d'Australie à Pékin a été convoqué au ministère chinois des Affaires étrangères, qui a protesté contre l'invitation lancée à la militante ouïgoure.

La dernière cyberattaque en date a provoqué la suspension des réservations en ligne de places pour le festival.

"Ça vient de Chine, sans aucun doute", a dit la porte-parole du festival, Asha Holmes, précisant qu'un site internet en chinois avait été découvert donnant des instructions sur la façon d'attaquer le site "www.melbournefilmfestival.com.au".

Elle a cependant ajouté que cette initiative ne semblait pas venir du gouvernement chinois.

Présidente du Congrès mondial ouïgour (CMO), que Pékin tient pour responsable des émeutes au Xinjiang début juillet, Rebiya Kadeer vit en exil aux Etats-Unis.

Elle doit se rendre mercredi à Melbourne pour la projection d'un documentaire qui lui est consacré.
Le film, "The 10 Conditions of Love", relate la relation entre Rebiya Kadeer et son mari, le militant Sidik Rouzi, ainsi que les conséquences sur ses onze enfants de son combat pour une plus grande autonomie des Ouïgours. Trois des enfants de Kadeer ont été emprisonnés.

La Chine a demandé le retrait du documentaire. Trois films chinois ont été retirés du programme du festival, le plus important festival de cinéma d'Australie, apparemment en guise de représailles.

Le bilan officiel des émeutes d'Urumqi, le 5 juillet, s'élève à 192 morts, pour la plupart des Hans, l'ethnie majoritaire en Chine. La plupart des autres sont des Ouïgours, ethnie turcophone, musulmane, culturellement liée aux républiques d'Asie centrale et à la Turquie.

Première publication : 01/08/2009

COMMENTAIRE(S)