Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

L'Assemblée réforme le code électoral à un an des législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/08/2009

L'Assemblée nationale du Venezuela a adopté vendredi une réforme du code électoral qui permettra au parti en tête des législatives d'obtenir plus de sièges. L'opposition dénonce une loi anticonstitutionnelle qui pénalise les petits partis.

REUTERS - L'assemblée nationale vénézuélienne a adopté vendredi une réforme du code électoral, qui, estime l'opposition, va accroître les chances des partisans du président socialiste Hugo Chavez de remporter les législatives de l'année prochaine.

Hugo Chavez devrait signer le texte de loi dans les jours à venir. Cette réforme vise à donner au parti arrivé en tête plus de sièges que le pourcentage de voix qu'il a obtenu ne lui en donnerait proportionnellement. Elle permet en outre au Conseil électoral, contrôlé par le pouvoir, d'effectuer de nouveaux découpages électoraux, et ainsi, de réduire l'importance des fiefs de l'opposition.

Le Parti socialiste uni de Chavez domine actuellement l'assemblée nationale, où l'opposition ne détient qu'une poignée des 167 sièges.

La popularité de Hugo Chavez, qui est au pouvoir depuis plus d'une décennie, est tombée dans les sondages aux alentours de 50-54%, contre 64% au début de l'année. Et en 2008, les partis de l'opposition ont remporté cinq élections à des postes de gouverneur.

Pour les dirigeants de l'opposition, la nouvelle loi électorale est contraire à la Constitution et risque d'empêcher plusieurs petits partis d'obtenir des sièges à la prochaine assemblée en 2010.

Première publication : 01/08/2009

COMMENTAIRE(S)