Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

Amériques

L'Assemblée réforme le code électoral à un an des législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/08/2009

L'Assemblée nationale du Venezuela a adopté vendredi une réforme du code électoral qui permettra au parti en tête des législatives d'obtenir plus de sièges. L'opposition dénonce une loi anticonstitutionnelle qui pénalise les petits partis.

REUTERS - L'assemblée nationale vénézuélienne a adopté vendredi une réforme du code électoral, qui, estime l'opposition, va accroître les chances des partisans du président socialiste Hugo Chavez de remporter les législatives de l'année prochaine.

Hugo Chavez devrait signer le texte de loi dans les jours à venir. Cette réforme vise à donner au parti arrivé en tête plus de sièges que le pourcentage de voix qu'il a obtenu ne lui en donnerait proportionnellement. Elle permet en outre au Conseil électoral, contrôlé par le pouvoir, d'effectuer de nouveaux découpages électoraux, et ainsi, de réduire l'importance des fiefs de l'opposition.

Le Parti socialiste uni de Chavez domine actuellement l'assemblée nationale, où l'opposition ne détient qu'une poignée des 167 sièges.

La popularité de Hugo Chavez, qui est au pouvoir depuis plus d'une décennie, est tombée dans les sondages aux alentours de 50-54%, contre 64% au début de l'année. Et en 2008, les partis de l'opposition ont remporté cinq élections à des postes de gouverneur.

Pour les dirigeants de l'opposition, la nouvelle loi électorale est contraire à la Constitution et risque d'empêcher plusieurs petits partis d'obtenir des sièges à la prochaine assemblée en 2010.

Première publication : 01/08/2009

COMMENTAIRE(S)