Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Asie - pacifique

Des émeutiers jugés expriment des regrets, selon l'agence Fars

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/08/2009

Lors du procès des émeutiers iraniens, un des accusés, Mohammad Ali Abtahi, a affirmé que "la question des fraudes était un mensonge pour provoquer des émeutes", selon l'agence Fars. Il aurait aussi reconnu avoir commis une "erreur".

AFP - Plusieurs personnes, dont un membre du camp réformateur, accusées d'avoir participé à des manifestations contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad ont affirmé samedi devant un tribunal de Téhéran avoir commis une erreur en prenant part aux protestations.

Deux candidats malheureux à l'élection du 12 juin, le conservateur modéré Mir Hossein Moussavi et le réformateur Mehdi Karoubi, refusent toujours de reconnaître la victoire du président Ahmadinejad, invoquant des fraudes.

Sur le banc des accusés, Mohammad Ali Abtahi, ancien vice-président sous le mandat du président réformateur Mohammad Khatami (1998-2005), a affirmé que "la question des fraudes (...) était un mensonge (...) sorti pour provoquer des émeutes", selon l'agence Fars.

M. Abtahi figure parmi la centaine de personnes -dont plusieurs réformateurs- jugées à partir de samedi par ce tribunal révolutionnaire et accusées de troubles à l'ordre public lors des manifestations post-électorales.

Celui qui fut conseiller du candidat Karoubi a en outre affirmé que les réformateurs, notamment les leaders de l'opposition, avaient trahi le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

"Je pense que les réformateurs ont mené des actions pour limiter (la marge de manoeuvre) du Guide", a-t-il dit.

M. Abtahi a parlé d'un "serment" de solidarité passé entre MM. Moussavi, Khatami et l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani.

"Moussavi ne connaissait probablement pas le pays, mais Khatami (...) connaissait parfaitement la situation. Il connaissait la puissance du Guide, mais il a rejoint Moussavi et ça c'était une trahison", a indiqué M. Abtahi, ajoutant que M. Rafsandjani voulait se venger de sa défaite à la présidentielle de 2005 remportée par M. Ahmadinejad.

Dans un communiqué rapporté par l'agence Irna, le Conseil de discernement que dirige M. Rafsandjani a qualifié de "mensonge" la déclaration d'Abtahi sur le présumé pacte.

"Rafsandjani n'a soutenu aucun des candidats lors de cette élection et n'a pas eu le moindre rôle dans les incidents", ajoute le communiqué.

slideshow
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


M. Abtahi a encore affirmé avoir commis une "erreur" en participant aux rassemblements, reprochant à M. Karoubi de l'y avoir poussé.

Les accusés encourent une peine de cinq ans de prison, selon Fars qui a précisé que s'ils étaient reconnus coupables d'être "mohareb" (ennemi de Dieu), ils risquaient la peine de mort.

Jusqu'à 2.000 personnes ont été arrêtées et une trentaine d'autres tuées lors des manifestations. Environ 250 manifestants demeurent emprisonnés.

Le journaliste irano-canadien Maziar Bahari, travaillant pour Newsweek, a lui demandé pardon au guide suprême lors d'une déclaration à la presse à la sortie de l'audience, selon l'agence Irna.

"Inconsciemment, j'ai participé à la révolution de velours" que l'Occident voulait organiser en Iran avec l'aide de ses médias, a-t-il déclaré.

"Les médias (étrangers) avaient un rôle de premier plan dans les manifestations pacifiques ou violentes (...) Je demande pardon et grâce au guide suprême pour avoir participé à ces rassemblements ayant porté atteinte à la sécurité nationale", a-t-il ajouté.

Le sociologue irano-américain Kian Tajbaksh, également sur le banc des accusés, a affirmé qu'un projet de longue date

des Etats-Unis visait à changer le régime iranien.

"Les vrais responsables (des manifestations) sont des organes gouvernementaux, semi-gouverneemntaux et services de renseignements implantés aux Etats-Unis", a-t-il dit, selon l'agence Irna.

Vendredi, le gouvernement iranien avait de nouveau désigné les pays occidentaux comme responsables des manifestations.

Samedi, M. Moussavi a démenti tout lien avec l'étranger.

"Malgré les accusations de nos adversaires, ce mouvement (...) n'a rien à voir avec les étrangers. C'est un mouvement complètement interne", a déclaré le leader de l'opposition sur son site internet Ghalam News.

Première publication : 02/08/2009

COMMENTAIRE(S)