Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Amériques

Hugo Chavez retire la licence de 34 stations de radio et télévision

©

Vidéo par Pauline GODART

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2009

Arguant qu'elles n'étaient pas règlementaires, le gouvernement a retiré la concession à 34 radios et télévisions et 13 ont déjà cessé d'émettre. Le président du Venezuela affirme qu'il s'agit d'"efforts pour démocratiser les ondes".

REUTERS - Treize stations de radio vénézuéliennes, sur un total de 34 dont la fermeture a été décidée par le gouvernement vénézuélien, ont cessé d'émettre samedi, dans le cadre des efforts du président Hugo Chavez pour étendre sa révolution socialiste aux médias.


Le pouvoir accuse ces stations-là de ne pas s'être conformées aux réglementations en vigueur. Pour les détracteurs de ces mesures, le pouvoir socialiste réduit ainsi la liberté d'expression et les propriétaires de ces stations de radio n'ont pas eu droit à une défense appropriée.


"Ils interdisent tout espace à la dissidence au Venezuela", a déclaré William Echeverria, président du Conseil national des journalistes, à la chaîne de télévision privée RCTV, qui n'a pas vu sa licence d'exploitation renouvelée en 2007.


Hugo Chavez a expliqué au contraire que ces fermetures de radios participaient des efforts du gouvernement pour démocratiser les ondes.


"Nous n'avons pas fermé de stations de radio, nous avons appliqué la loi", a dit Chavez à la télévision publique. "Nous avons récupéré une série de stations qui ne respectaient pas la loi, et qui désormais appartiennent au peuple et non pas à la bourgeoisie".


Les partisans du chef de l'Etat disent avoir lancé une "guerre des médias" contre les stations de radio privées, très critiques envers Hugo Chavez.


Diosdado Cabello, ministre des Travaux publics dont dépend Conatel, la haute autorité de l'audiovisuel, a déclaré que certaines des radios étaient interdites parce qu'elles n'avaient pas renouvelé leur licence ou l'avaient transférée illégalement aux nouveaux propriétaires des stations.


Depuis son arrivée au pouvoir en 1999, Hugo Chavez a cherché à contrebalancer le poids des radios et télévisions privées en créant de nouvelles stations publiques et des stations dirigées par des associations ou des communautés.

Première publication : 02/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)