Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : des enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • Gaza : Échec des efforts américains pour obtenir une trêve humanitaire

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pour Moussavi, "tout est truqué" dans le procès des manifestants

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/08/2009

Le chef de l'opposition Mir Hossein Moussavi a estimé dimanche, sur son site internet, que les aveux de certains manifestants accusés d'avoir participé à la contestation post-électorale "rappelaient des tortures moyenâgeuses".

AFP - L'ex-président réformateur iranien Mohammad Khatami a qualifié dimanche de "mise en scène" le procès de manifestants, au lendemain du repentir d'accusés quant à leur participation à la contestation post-électorale, le chef de l'opposition parlant d'"aveux sous la torture".

"Ce qui s'est passé est contraire à la Constitution, à la loi et aux droits des citoyens", a déclaré M. Khatami, selon son bureau.

Le chef de l'opposition, Mir Hossein Moussavi, a estimé, sur son site internet, que les "aveux rappelaient des tortures moyenâgeuses" et a critiqué "un procès dont tout est truqué".

Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a commencé à juger samedi plus d'une centaine de personnes, dont des personnalités du camp réformateur, pour leur participation au mouvement de contestation de la victoire du président Mahmoud Ahmadinejad lors de la présidentielle du 12 juin.

Poursuivies notamment pour troubles à l'ordre public et atteinte à la sécurité nationale, ils encourent jusqu’à cinq ans de prison, selon l’agence Fars. S'ils sont reconnus coupables d'être des "mohareb" (ennemis de Dieu), ils risquent la peine de mort.

"Ce genre de mise en scène est avant tout contraire aux intérêts du régime et porte atteinte à la confiance de l'opinion publique", a accusé M. Khatami.

"Le plus important est l'absence de conditions pour un vrai procès public, le fait que les avocats et les personnes jugées n'aient pas été informées de la date du procès et du contenu du dossier", a-t-il ajouté, estimant que "les aveux obtenus dans ces conditions n'ont aucune crédibilité".

Plusieurs des personnes poursuivies, dont un membre important du camp réformateur, avaient porté un coup à l'opposition en affirmant samedi à l'audience s'être trompées en prenant part au mouvement de contestation.

L'ancien vice-président Mohammad Ali Abtahi a ainsi déclaré qu'il n'aurait pas dû manifester car il n'y avait pas eu de fraude lors de la présidentielle, contrairement aux affirmations des responsables de l'opposition, notamment les candidats malheureux Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, qui réclament toujours l'annulation du scrutin.

Des députés iraniens ont porté plainte devant la justice contre M. Moussavi pour ses "actions extrémistes", a annoncé l'un d'entre eux, Mohammad Taghi Rahbar, cité par l'agence Fars.

Dimanche, dix autres personnes sont venues grossir les rangs de la centaine d'accusés qui comparaissent à huis clos, selon l'agence Isna. Samedi, un huis clos partiel avait permis à certains journalistes d'assister aux débats.

Le troisième candidat malheureux à la présidentielle, l'ancien chef du corps d'élite des Gardiens de la révolution, Mohsen Rezai, a pour sa part demandé que les membres des services de sécurité responsables de violences à l'encontre de manifestants soient également jugés.

"Les aveux n'ont aucune valeur", titrait en Une le quotidien réformateur Etemad Melli, le quotidien de M. Karoubi, qui avait pourtant reçu le soutien de M. Abtahi lors de la présidentielle.

La femme de M. Abtahi, Fahimeh Moussavinejad, a déclaré sur le site internet d'Etemad Melli que son mari "n'était pas dans un état normal" lors du procès.

En revanche, pour le quotidien ultraconservateur Kayhan, le procès a "révélé les preuves de la trahison de Khatami et de Moussavi" demandant qu'on ne se contente pas "de juger et punir les seconds couteaux".

Selon les autorités, une trentaine de personnes ont été tuées lors des manifestations de protestation contre la réélection du président sortant.

Quelque 2.000 personnes ont été arrêtées durant les troubles mais, selon les autorités, la plupart ont été libérées. Environ 250 personnes sont toujours en prison.

Première publication : 02/08/2009

COMMENTAIRE(S)