Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

Moyen-Orient

La police recommande l'inculpation du ministre Lieberman

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2009

La police a recommandé dimanche l'inculpation par le parquet du ministre israélien des Affaires étrangères, l'ultranationaliste Avigdor Lieberman, sur qui pèsent des accusations de blanchiment d'argent et d'entrave à la justice.

AFP - La police israélienne a recommandé dimanche l'inculpation du ministre ultranationaliste des Affaires étrangères, Avidgor Lieberman, pour corruption et blanchiment d'argent, a indiqué un responsable.

"Le département des fraudes de la police a recommandé l'inculpation du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman sur lequel pèsent des accusations de blanchiment d'argent, de pots-de-vin et d'entrave à la justice", a déclaré à l'AFP ce responsable de la police sous couvert de l'anonymat.

Cette recommandation sera soumise dans les prochains jours au procureur général de l'Etat Menahem Mazouz, qui décidera s'il inculpera ou non M. Lieberman. Ce dernier sera contraint de quitter ses fonctions en cas d'inculpation.

Objet d'une enquête de la police depuis une dizaine d'années, M. Lieberman, chef du parti ultranationaliste Israël Beiteinou, a été entendu à de nombreuses reprises par le département des fraudes de la police qui le soupçonne de corruption, fraude, blanchiment d'argent, abus de confiance et entrave à l'enquête.

Selon des médias israéliens, il aurait notamment reçu de "très importantes sommes d'argent en provenance de l'étranger" pour financer ses campagnes électorales. Ces fonds auraient transité grâce à des sociétés fictives et différents comptes bancaires.

M. Lieberman, chef du parti ultranationaliste Israël Beiteinou, dément ces accusations et soutient que l'enquête de la police est politiquement motivée.

"Il n'y avait pas de véritable raison pour ouvrir une enquête à mon sujet et si les soupçons avaient un fondement quelconque l'investigation n'aurait pas continué pendant plus d'une décennie", a réagi le ministre à la demande d'inculpation dans un communiqué.

"Depuis 13 ans, la police me persécute et à mesure que mon pouvoir politique et celui de mon parti augmente, les tentatives pour me détourner des activités publiques se sont accélérées", a-t-il ajouté.

M. Lieberman, 51 ans, a été nommé à la tête de la diplomatie après la percée de son parti ultranationaliste aux élections législatives de février, devenant le troisième parti d'Israël avec 15 députés sur 120.

Depuis sa prise de fonction en avril, il a été interrogé cinq fois par la police.

Le 14 juillet, la police avait indiqué que l'enquête sur une affaire de blanchiment d'argent concernant le ministre touchait à sa fin.

Le même jour, la chaîne publique israélienne avait cependant indiqué que la police avait d'ores et déjà présenté à M. Mazouz "un ensemble d'éléments permettant d'engager des poursuites pour blanchiment d'argent et entrave à la justice contre M. Lieberman, sa fille Michal, et deux autres personnes".

Selon les médias, la fille de M. Lieberman est soupçonnée de détenir en son nom des comptes bancaires à Chypre qui auraient permis à son père de se livrer à des activités frauduleuses.

Ces fonds auraient transité par des sociétés-écrans et divers comptes, notamment pour financer les campagnes électorales du parti Israël Beiteinou.

Originaire de l'ex-URSS, M. Lieberman s'est taillé une réputation d'"homme fort" prêt à expulser les Arabes israéliens qui ne prêteraient pas allégeance à l'Etat hébreu. L'une de ses idées phare est un échange de territoires peuplés d'Arabes israéliens contre des parties de Cisjordanie.

Dès son entrée en fonction, il avait provoqué des remous en Israël et à l'étranger en adoptant des positions dures vis-à-vis des Palestiniens et des Syriens.
 

Première publication : 02/08/2009

COMMENTAIRE(S)