Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

FRANCE

Les producteurs de fruits et légumes reçus par le ministre de l'Agriculture

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 04/08/2009

Alors que Bruxelles réclame le remboursement d’une partie des aides de l'État français aux producteurs de fruits et légumes, Bruno Le Maire, le ministre de l'Agriculture, tient une réunion d’urgence avec les agriculteurs en colère.

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, reçoit ce mardi les producteurs de fruits et légumes, furieux face à la demande de remboursement d’une partie des subventions qu’ils ont reçues, formulée par l'Union européenne et annoncée lundi par le ministre.
 
"Il est certain que nous devrons engager une procédure de remboursement auprès des producteurs", a indiqué Bruno Le Maire dans un entretien au Parisien. Ajoutant: "Je ne veux pas exposer la France à une condamnation."
 
Bruxelles demande à Paris de rembourser les aides publiques versées pendant dix ans aux producteurs de fruits et légumes, estimant qu'elles avaient faussé la concurrence dans l'Union européenne. Ces aides versées par l'État français entre 1992 et 2002 s’élèvent à un demi-milliard d'euros.
 
"Un été brûlant"
  
Mais les producteurs, qui subissent de plein fouet la baisse des cours des fruits et légumes, refusent de s'acquitter d’une telle facture.
  
"Ces déclarations vont mettre le feu aux campagnes", prévient Bruno Dupont, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF), interrogé dans L'Expansion. "Si l'on souhaite la mort de la profession, on ne s'y prendrait pas autrement", poursuit-il.
  
"Les producteurs de fruits et légumes ne paieront pas", a aussi déclaré au Parisien François Lafitte, président de la Fédération des comités économiques (Fédécom), qui représente les exploitants. Il promet "un été brûlant" si le gouvernement met à exécution sa demande. Cette aide "nous a permis de faire face à la concurrence, notamment espagnole et portugaise. Tout le monde connaissait le système, y compris la Commission européenne", explique-t-il, estimant que son remboursement conduirait à "la ruine de la profession".
 
Les remboursements s'annoncent impossible dans certains cas: des exploitants ont aujourd’hui cessé leur activité, d’autres sont décédés ou ne sont plus solvables.
 
Le ministre français de l'Agriculture a dû écourter ses vacances pour tenter de désamorcer la crise et tenir une réunion d’urgence. Il doit recevoir les acteurs de la filière fruits et légumes à son ministère à 14h30 (GMT+2).
 

Première publication : 04/08/2009

COMMENTAIRE(S)