Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

Afrique

En Afrique, Hillary Clinton prêche la bonne gouvernance

Texte par Lorena GALLIOT

Dernière modification : 27/10/2009

À Nairobi, lors de sa première étape d'une tournée de 11 jours en Afrique, la secrétaire d'État américaine a longuement insisté sur l'importance de la bonne gouvernance. Mais le choix des pays visités relève aussi de la "realpolitik".

"L’avenir de l’Afrique appartient aux Africains", disait le président américain Barack Obama en juillet dans un discours phare prononcé à Accra, au Ghana. Oui, mais l’avenir passe aussi par l’adoption de pratiques de bonne gouvernance, reprend sa secrétaire d’Etat Hillary Clinton, en tournée dans des pays stratégiques du continent africain. Après le temps des discours, voici venu celui de la pratique.

La gouvernance démocratique mise à mal

Si la secrétaire d’Etat insiste tant sur l’importance de l’Etat de droit, c’est que les évènements dans plusieurs pays africains depuis le discours d’Accra ont mis à mal les principes de gouvernance démocratique. "En Guinée-Bissau des élections se déroulent sans trop de problèmes, mais pour élire le remplaçant d’un président assassiné" rappelle sur FRANCE 24 Muzong Kodi, chercheur associé au programme Afrique de Chatham House, un think-tank britannique. "Il est temps que le discours américain soit suivi d’actions", ajoute-t-il.

Hillary Clinton a appelé les gouvernants africains à "rejeter la corruption, appliquer l’Etat de droit et obtenir des résultats pour leurs peuples". "Il ne s’agit pas simplement de bonne gouvernance, il s’agit également d’affaires, poursuit-elle. Les investisseurs ne seront pas attirés par des Etats où la criminalité  et les violences ou la corruption entachent chaque transaction ou décision."

Barack Obama n’a pas assisté à la conférence mais s’est exprimé à travers un message enregistré, dans lequel il a assuré les dirigeants africains du "soutien complet et du partenariat des

Hormis le Liberia, dont la visite découle plutôt de la relation d’amitié entre Hillary Clinton et la présidente Ellen Johnson-Sirleaf, tous les autres pays de la tournée sont des producteurs de matières premières dont les Etats-Unis souhaitent importer des produits avec des taxes réduites. La majorité des exportations de produits africains évoqués lors de la conférence de l’Agoa concernent des produits pétroliers.

Dans son effort pour resserer les liens avec le continent africain, l’administration Obama semble naviguer délicatement entre discours porteur d’espoir et "realpolitik".

Première publication : 05/08/2009