Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Afrique

La capitale secouée par des heurts entre Algériens et Chinois

Vidéo par Shona BHATTACHARYYA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2009

Bab Ezzouar, quartier excentré d'Alger, a connu des heurts entre locaux et ressortissants chinois. Un commerçant a été blessé lors de ces affrontements, dont l'origine demeure inconnue. Entre 25 000 et 50 000 Chinois vivent en Algérie.

AFP - Un commerçant algérien a été blessé dans des affrontements entre Algériens et ressortissants chinois lundi après-midi à Bab Ezzouar, ont indiqué mardi à l'AFP des habitants de ce quartier excentré d'Alger.
  
Les raisons de ces affrontements restaient floues mais auraient commencé par une rixe entre un commerçant algérien et un Chinois, selon un habitant du quartier situé à une quinzaine de kilomètres du centre d'Alger.
  
Le commerçant algérien a été blessé, a-t-on précisé de même source.
  
Selon les habitants du quartier certains Chinois étaient armés de couteaux et de barres de fer.
  
Les Chinois sont très actifs en Algérie où ils ont en général réussi à se faire accepter, malgré le handicap linguistique.
  
Des commerçants chinois ont ouvert depuis l'année 2000 des boutiques dans des quartiers populaires notamment à Bab Ezzouar (littéralement "porte des visiteurs"), pratiquant des prix défiant toute concurrence. D'autres proposent leurs marchandises dans des marchés populaires ou font du porte-à-porte.
  
Les entreprises chinoises sont également très présentes dans le secteur du bâtiment. Selon l'ambassade de Chine en Algérie, quelque 8.000 chinois sont employés par des entreprises chinoises en Algérie dans ce secteur.
  
Dans le quartier de Bab Ezzouar, la CSCEC (Société publique de construction de Chine) a construit depuis 2001 des dizaines d'immeubles dans le cadre d'un programme de logements en location-vente, lancé par le président Abdelaziz Bouteflika en faveur des salariés à faibles revenus.
  
Les Chinois sont également très présents dans d'autres branches, notamment celles des  hydrocarbures et des télécommunications.
  
Depuis la visite à Alger du président Hu Jintao en février 2004, Alger et Pékin ont établi plusieurs partenariats, dont un "accord cadre" énergétique couvrant l'exploration, la production et la commercialisation d'hydrocarbures.
  
Le nombre de Chinois vivant actuellement en Algérie dépasserait les 50.000, selon un cabinet londonien spécialisé, Styrling Assynt, mais, selon la presse algérienne, ils ne seraient que 25.000.
  
Un rapport avait révélé le 13 juillet des menaces d'Al-Qaïda au Maghreb contre les Chinois en Afrique du Nord. Le 15 juillet, Pekin avait exhorté ses ressortissants en Algérie à la prudence.
  
Jusque-là, la Chine n'a enregistré qu'une seule victime dans les violences impliquant des groupes armés islamistes en Algérie depuis les années 2000: un ouvrier travaillant pour une entreprise publique chinoise de BTP, tué dans les attentats suicides qui avaient frappé Alger en décembre 2007. L'ouvrier se trouvait sur un chantier de construction au moment des attentats.

Première publication : 05/08/2009

COMMENTAIRE(S)