Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • La Chine intensifie la répression contre les musulmans pendant le ramadan

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

FRANCE

Molex invoque des problèmes de sécurité pour fermer son usine

©

Vidéo par FRANCE 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/08/2009

En proie à un important conflit social, l'usine de l'équipementier automobile américain Molex de Villemur-sur-Tarn a été fermée par la maison mère, qui invoque des raisons de sécurité et met en cause la "passivité des forces de l'ordre".

AFP - L'équipementier automobile américain Molex a annoncé mercredi la fermeture de son usine française de Villemur-sur-Tarn, en proie à un dur conflit social, le temps d'évaluer la sécurité de ses personnels locaux, et a vivement critiqué la passivité des forces de l'ordre françaises.
  
Cette décision a été prise "pour garantir la sécurité des employés et des vigiles de l'usine après qu'un salarié et deux gardes eurent été blessés dans un incident violent sur le site", a indiqué le groupe dans un communiqué.
  
En grève depuis le 7 juillet, les salariés de Molex avaient été informés mardi de l'arrêt des discussions entre la direction et un hypothétique repreneur de l'usine, en Haute-Garonne, qui doit fermer fin octobre. Après l'annonce, un dirigeant américain du groupe avait été molesté et a déposé plainte pour "violences".
  
Selon le cadre agressé, Eric Doesburg, cité dans le texte du groupe, "la police locale et nationale n'a pas répondu à des appels à l'aide répétés".
  
"Nous savions qu'il y avait des menaces de violences et nous avions donc appelé la police locale plus tôt dans la journée pour demander son aide. Des membres de notre entreprise de gardiennage, qui ont été aussi physiquement attaqués, ont lancé alors des appels à l'aide répétés à la fois à la police locale et nationale mais personne n'a répondu", a accusé M. Doesburg.
  
"Nous sommes indignés à la fois par l'attitude des individus impliqués dans les violences et par l'absence de réponse de la police que nous avions appelée  à l'aide", a-t-il ajouté.
  
Cité dans le même communiqué, le directeur général de Molex, Martin Slark, s'est dit également "très préoccupé par le total manque de soutien des autorités chargées du maintien de l'ordre".
  
"Ceci n'est pas acceptable et nous sommes prêts à prendre toutes les mesures que nous jugeons nécessaires pour garantir à la fois la sécurité de nos employés et de notre usine", a-t-il souligné.
  
Molex a ajouté que M. Doesburg s'était vu prescrire un arrêt maladie de sept jours à la suite de cet incident.

Première publication : 05/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)