Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

Karadzic demande des indemnités au TPI pour avoir été "enlevé"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2009

Radovan Karadzic a exigé une "compensation financière" du Tribunal pénal international (TPI), estimant avoir été "enlevé" par les autorités serbes. L'ex-dirigeant des Serbes de Bosnie doit être jugé pour génocide à partir du mois prochain.

AFP - L'ex-chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a affirmé qu'il avait été "enlevé" puis "tenu au secret" par les autorités serbes, et a demandé une compensation au Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, dans un document publié mercredi.
  
"Les droits du docteur Karadzic à la liberté, à être informé des raisons de son arrestation et à être présenté devant un officier judiciaire ont été violés", a affirmé M. Karadzic, en accusant les autorités serbes de "l'avoir tout simplement enlevé" dans un document rendu public mercredi par le TPI.
  
M. Karadzic exige du TPI, qui doit le juger à partir du mois de septembre pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour son rôle dans la guerre de Bosnie (1992-1995), d'ordonner "une compensation financière s'il était acquitté ou une réduction de peine s'il était condamné".
  
M. Karadzic, 64 ans, assure qu'il a été arrêté dans un bus à Belgrade le 18 juillet 2008 "par des hommes qui n'ont pas donné leur identité" et accuse les autorités serbes d'avoir "faussement annoncé" qu'il avait été arrêté le 21 juillet 2008.
  
Il a ensuite "été transporté vers un endroit où il a été tenu au secret pendant trois jours. Pendant cette période, il n'a jamais été informé des raisons de son arrestation, de l'identité de ses ravisseurs (...). On lui a interdit de téléphoner pour informer quelqu'un qu'il avait été arrêté", ajoute l'accusé, qui se défend seul devant le TPI.
  
Les autorités serbes avaient annoncé le 21 juillet 2008 l'arrestation de M. Karadzic, en cavale depuis treize ans. Il vivait sous l'identité d'un docteur spécialisé en médecine alternative, Dragan Dabic, et s'était rendu méconnaissable en se laissant pousser les cheveux et arborant une grande barbe blanche.

Première publication : 05/08/2009

COMMENTAIRE(S)