Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

EUROPE

Karadzic demande des indemnités au TPI pour avoir été "enlevé"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2009

Radovan Karadzic a exigé une "compensation financière" du Tribunal pénal international (TPI), estimant avoir été "enlevé" par les autorités serbes. L'ex-dirigeant des Serbes de Bosnie doit être jugé pour génocide à partir du mois prochain.

AFP - L'ex-chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a affirmé qu'il avait été "enlevé" puis "tenu au secret" par les autorités serbes, et a demandé une compensation au Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, dans un document publié mercredi.
  
"Les droits du docteur Karadzic à la liberté, à être informé des raisons de son arrestation et à être présenté devant un officier judiciaire ont été violés", a affirmé M. Karadzic, en accusant les autorités serbes de "l'avoir tout simplement enlevé" dans un document rendu public mercredi par le TPI.
  
M. Karadzic exige du TPI, qui doit le juger à partir du mois de septembre pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour son rôle dans la guerre de Bosnie (1992-1995), d'ordonner "une compensation financière s'il était acquitté ou une réduction de peine s'il était condamné".
  
M. Karadzic, 64 ans, assure qu'il a été arrêté dans un bus à Belgrade le 18 juillet 2008 "par des hommes qui n'ont pas donné leur identité" et accuse les autorités serbes d'avoir "faussement annoncé" qu'il avait été arrêté le 21 juillet 2008.
  
Il a ensuite "été transporté vers un endroit où il a été tenu au secret pendant trois jours. Pendant cette période, il n'a jamais été informé des raisons de son arrestation, de l'identité de ses ravisseurs (...). On lui a interdit de téléphoner pour informer quelqu'un qu'il avait été arrêté", ajoute l'accusé, qui se défend seul devant le TPI.
  
Les autorités serbes avaient annoncé le 21 juillet 2008 l'arrestation de M. Karadzic, en cavale depuis treize ans. Il vivait sous l'identité d'un docteur spécialisé en médecine alternative, Dragan Dabic, et s'était rendu méconnaissable en se laissant pousser les cheveux et arborant une grande barbe blanche.

Première publication : 05/08/2009

COMMENTAIRE(S)