Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

Asie - pacifique

Barack Obama appelle Pyongyang à cesser ses "provocations"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/08/2009

Le président des États-Unis a appelé la Corée du Nord à mettre un terme à ses provocations et à son programme nucléaire, lors de sa première réaction sur les retombées diplomatiques de la libération des journalistes américaines.

AFP - Le président américain Barack Obama a déclaré mercredi que Pyongyang devait arrêter son programme nucléaire et cesser son comportement "provocateur", lors de sa première réaction sur les retombées diplomatiques de la libération des journalistes américaines.
  
"Nous avons dit aux Nord-Coréens qu'il y avait une voie pour de meilleures relations, et cela implique qu'ils cessent de mettre au point des armes nucléaires et mettent fin au comportement provocateur dont ils ont fait preuve", a dit M. Obama.
  


"Nous voulons le bien du peuple nord-coréen, nous voulons juste nous assurer que le gouvernement de Corée du Nord agit dans le cadre des règles de base de la communauté internationale, ce qu'il sait être attendu de lui", a ajouté M. Obama, lors d'une interview accordée à la chaîne américaine MSNBC depuis l'Indiana (nord).
  
Le président a également répété que la mission de l'ancien président Bill Clinton afin d'obtenir la libération des deux journalistes américaines emprisonnées depuis mars en Corée du Nord était une initiative strictement privée et non un signe d'un allègement de la pression diplomatique sur le régime communiste.
  
"Nous étions très clairs sur le fait qu'il s'agissait d'une mission humanitaire", a dit le président, peu après l'arrivée sur le sol américain des deux journalistes Euna Lee et Laura Ling.
  
"La balle est désormais dans le camp de la Corée du Nord sur le sujet" de la dénucléarisation, a souligné Robert Wood, un porte-parole du département d'Etat, en ajoutant que la Corée du Nord devait "revenir à la table des négociations à six parties" qui réunissent les deux Corées, la Chine, les Etats-Unis, le Japon et la Russie.
  
Pyongyang avait claqué la porte des négociations sur son programme d'armement nucléaire après une condamnation en avril par l'ONU, pour un tir controversé d'une fusée balistique.
  
M. Wood a indiqué que le régime communiste devait démontrer sa volonté de "continuer à négocier, ou devrais-je dire, de commencer à mettre en application les objectifs de l'accord de 2005" aux termes duquel la Corée du Nord acceptait de renoncer à l'arme atomique.
  
De son côté, Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison Blanche, a expliqué aux journalistes qui accompagnaient le président américain en Indiana que "la meilleure façon de changer nos relations avec la Corée du Nord serait que les Nord-Coréens décident qu'il est enfin temps de se conformer aux responsabilités et aux engagements qu'ils se sont eux-mêmes assignés".

Première publication : 06/08/2009

COMMENTAIRE(S)