Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

Economie

La BCE maintient son taux directeur inchangé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/08/2009

Alors que les signes de reprise économique restent ténus et le chômage élevé, la Banque centrale européenne (BCE) a maintenu son principal taux directeur à 1 % lors de son conseil des gouverneurs, ce jeudi.

AFP - La Banque centrale européenne (BCE) a laissé son principal taux directeur inchangé à 1%, a annoncé jeudi un de ses porte-parole, une décision unanimement attendue par les marchés.

Ce taux, qui détermine en théorie le niveau du crédit en zone euro, se situe à ce niveau historique depuis mai.

La Banque d'Angleterre (BoE) a elle aussi reconduit le statu quo sur ses taux mais annoncé un relèvement de 50 milliards de livres à 175 milliards de son programme d'achat d'actifs visant à stimuler l'économie.

Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, doit tenir une conférence de presse à partir de 12H30 GMT pour livrer les dernières analyses du conseil des gouverneurs sur la santé économique de la zone euro.

Le Français va sans doute réaffirmer que les taux directeurs sont adaptés à la situation actuelle, caractérisée par une poursuite de la récession, des signes de relance future encore très fragiles et une baisse des prix à la consommation. Leur recul, de 0,1% en juin sur un an, s'est amplifié en juillet avec -0,6%.

"Même si la BCE a toujours qualifié ce phénomène de temporaire car lié à la hausse des prix du pétrole l'an passé, les signes d'une inflation de base (hors composants volatils comme les prix des matières premières, ndlr) descendant prochainement sous 1% se multiplient", prévient Peter Vanden Houte, économiste chez ING.

Il va devenir pour la BCE "de plus en plus difficile d'écarter le risque" de déflation, à savoir d'une baisse généralisée et prolongée des prix redoutable pour l'économie, ajoute l'expert.

Première publication : 06/08/2009

COMMENTAIRE(S)