Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

Amériques

Critiqué dans son pays, Chavez fait diversion sur la scène internationale

Vidéo par Cédric MOLLE-LAURENÇON

Texte par Lorena GALLIOT

Dernière modification : 27/10/2009

En dénonçant avec virulence le projet des États-Unis d'envoyer des troupes en Colombie pour lutter contre le trafic de drogue, le président du Venezuela cherche surtout à faire oublier ses difficultés internes.

Nouveau coup de sang du président vénézuélien Hugo Chavez contre ses éternelles bêtes noires, la Colombie et les Etats-Unis. Le leader de la révolution bolivarienne, qui accuse Washington de se servir d’opérations contre les narcotrafiquants pour renforcer sa présence dans la région, s’oppose farouchement au projet d’envoi de renforts américains dans des bases militaires de Colombie pour lutter contre le trafic de drogue.

Pour Hugo Chavez, ce projet représente "un pas de plus vers une guerre en Amérique du Sud". Il appelé le président américain Barack Obama à y mettre un terme. "Il s’agit des Yankees, la nation la plus agressive de l’histoire", fulminait le président vénézuélien, mercredi, lors d’une conférence de presse tenue au palais présidentiel de Miraflores.  

Durant la conférence à laquelle François-Xavier Freland, le correspondant de FRANCE 24 à Caracas, a assisté, "Chavez a lancé un véritable numéro de charme envers la presse étrangère avant de s’en prendre avec virulence à son frère ennemi, le président colombien Alvaro Uribe". Le président vénézuélien cherche des soutiens à l’extérieur pour mieux isoler son homolgue colombien, actuellement en tournée en Amérique latine pour consulter ses voisins sur le projet d’envoi de troupes américaines en Colombie, explique le journaliste.

Agitation à l’extérieur, critiques à l’intérieur

Selon le correspondant de FRANCE 24, Chavez a l’habitude de hausser le ton sur la scène internationale lorsqu’il fait face à des difficultés internes, comme c’est le cas actuellement au sujet de la reprise en main des médias par l’Etat et des nationalisations forcées. "Il est en ce moment la cible de toutes les critiques", explique François-Xavier Freland, et la popularité de sa révolution bolivarienne est au plus bas.

En effet, selon une étude menée par le think-tank Keller y asociados et publiée mercredi dans le quotidien vénézuélien El Universal, 54 % des Vénézuéliens interrogés ont une perception négative de la situation du pays, et seuls 28 % approuvent la fermeture, annoncée dimanche par le gouvernement, de 34 radios et chaînes de télévision d’opposition. Le Parlement, pourtant dominé par le parti chaviste PSUV, a mis un coup d’arrêt mercredi à une nouvelle proposition soumise par le procureur général Luisa Ortega, très proche de Chavez, qui stipule que les journalistes auteurs de "fausses nouvelles portant atteinte à la sécurité nationale" soient punis d’emprisonnement. De nombreuses associations internationales comme Human Rights Watch, Amnesty International ou Reporters sans frontières ont dénoncé le projet. Malgré ces attaques, Hugo Chavez a assuré qu'il allait continuer à réformer le secteur des médias.
 
 
"Aujourd'hui, ils crient parce que nous démocratisons les moyens de communication afin de garantir une véritable liberté d'expression [...]. Et ils nous menacent. Et bien, qu'ils nous menacent ! Quoi qu'ils disent, la liberté d'expression existe ici et nous continuerons à aller de l'avant", a déclaré le dirigeant antilibéral, mardi, en réponse aux manifestations de journalistes.
 
Face à l’insatisfaction grandissante de la population vénézuélienne vis-à-vis des dérives antidémocratiques de sa révolution bolivarienne, le président Hugo Chavez fait ce qu’il sait faire de mieux : la diversion sur le front extérieur.
 
Sanctions commerciales et contrats militaires

Les tentatives de Chavez pour isoler son homologue colombien ne font pas l’unanimité sur le continent. Le très conservateur président péruvien Alan Garcia s’est rangé derrière Uribe alors que le président bolivien Evo Morales, proche de Chavez, a estimé que son pays ne "pouvait accepter" une présence militaire américaine dans la région. Le dirigeant modéré du Brésil Ignacio Lula da Silva s’est dit "préoccupé" par le projet, mais le ministre des Affaires Etrangères chilien Mariano Fernandez a rappelé que toute décision prise par la Colombie sur son territoire est "souveraine et doit être respectée".

Chavez reproche également à Uribe de lui avoir "planté un couteau dans le dos" en annonçant que des armes récemment saisies au groupe rebel des FARC avaient été vendues au Venezuela par la Suède dans les années 1990. "C’est un jeu sale et lâche", a déclaré le président vénézuélien lors de sa conférence de presse de mercredi, suggérant que les lance-roquettes suédois auraient été volées à son pays en 1995 et qu’ils étaient de toutes façons "vieux et inutilisables".

En riposte, Hugo Chavez a gelé, mercredi, l’importation de 10 000 voitures colombiennes et bannit la participation de la firme pétrolière colombienne Ecopetrol à des exploitations dans la région de l’Orénoque. A l’instar des précédents incidents diplomatiques avec la Colombie, il a massé ses troupes le long de la frontière en état d’alerte et mobilisé ses milices civiles.

Chavez a par ailleurs annoncé l’achat de douzaines de tanks russes par son pays, une mesure qui vient renforcer la coopération stratégique et militaire ces derniers mois entre deux pays très critiques de Washington. Entre 2005 et 2007, Moscou a conclu 12 ventes d’armes avec Caracas, d’une valeur totale de 4,4 milliards de dollars.

Première publication : 06/08/2009

COMMENTAIRE(S)