Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Amériques

L'Hispanique Sonia Sotomayor confirmée à la Cour suprême

©

Vidéo par Guillaume MEYER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/08/2009

Le Sénat américain a confirmé la nomination de la juge Sonia Sotomayor à la Cour suprême. La candidate du président américain, Barack Obama, devient ainsi la première Hispanique à siéger au sein de cette prestigieuse juridiction.

AFP - La candidate de Barack Obama à la Cour suprême, Sonia Sotomayor, a été confirmée jeudi par le Sénat américain, devenant la première personne d'origine hispanique à occuper ce poste prestigieux.

Cette juge à la cour d'appel de New York a obtenu 68 voix en sa faveur, 31 contre, le sénateur démocrate Ted Kennedy étant absent pour des raisons de santé.

Le président américain Barack Obama a estimé aussitôt que cette nomination marquait "un jour merveilleux pour l'Amérique".

Elle prêtera serment samedi à la Cour suprême avant de prendre ses fonctions officielles dès septembre.

Nommée à vie, Mme Sotomayor devient la troisième femme à accéder à la magistrature suprême, et siégera au côté de Ruth Bader Ginsburg, 76 ans, Sandra Day O'Connor ayant démissionné en 2006. Elle sera aussi, à 55 ans, la deuxième plus jeune des neuf sages, après le président de l'institution John Roberts, de quelques mois son cadet.

Mais Sonia Sotomayor sera surtout la première Hispanique à accéder à un poste aussi influent aux Etats-Unis. Sa nomination en remplacement du modéré David Souter ne devrait cependant pas modifier en profondeur l'équilibre actuel de la plus haute juridiction des Etats-Unis: quatre juges conservateurs, quatre progressistes et un votant tantôt avec les uns, tantôt avec les autres.

En désignant cette femme diabétique, d'origine porto-ricaine, divorcée sans enfant et dépeinte comme un bourreau de travail, M. Obama a tenu sa promesse de campagne de privilégier une personnalité consciente des problèmes quotidiens de chaque Américain et soucieuse d'"empathie".

Mme Sotomayor est née dans le Bronx, un quartier populaire de New York, avant d'être diplômée des meilleures universités américaines. "Elle n'a jamais oublié d'où elle est partie", a affirmé M. Obama en présentant sa candidate à la presse fin mai.

Mais sa nomination officielle a été précédée d'un vif débat au Sénat. En pleine tempête politique autour de l'assurance maladie ou des remèdes à la crise économique, les luttes partisanes ont pris le dessus lors de ses séances de confirmation devant la commission des Affaires judiciaires du Sénat en juillet.

Tout au long de ce grand oral, Mme Sotomayor s'est efforcée de démentir les accusations de parti-pris ethnique, promettant "fidélité à la loi" et désavouant avec force une de ses déclarations passées selon laquelle "une femme hispanique avisée" ferait un meilleur juge qu'un homme blanc.

"Nous devons rester attentifs à ce que la politique n'affecte pas le judiciaire", a cependant déclaré mardi le sénateur républicain Jeff Sessions, en appelant ses collègues à voter contre elle.

Au final, alors qu'elle était vue comme une modérée capable de rallier le vote conservateur, Mme Sotomayor n'aura pas réuni autour d'elle le consensus que le président Obama aurait souhaité. Les démocrates occupant 60 sièges au Sénat, elle n'aura en effet bénéficié des voix que de 9 républicains.

"J'ai été très surprise de voir aussi peu de républicains appuyer Mme Sotomayor", a expliqué à l'AFP Amanda Frost, professeur de droit à l'American University de Washington, pour qui, pourtant, il s'agissait "de la meilleure candidate que les républicains pouvaient demander à un président démocrate".

"Les républicains en paieront le prix s'ils disent 'non' à cette juge", a estimé mercredi Robert Menendez, unique sénateur démocrate hispanique, en référence à l'électorat latino qui a massivement soutenu Barack Obama à l'élection présidentielle.

 

Première publication : 06/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)