Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Asie - pacifique

Trois condamnés à mort pour les attentats de Bombay en 2003

Dernière modification : 06/08/2009

Un tribunal anti-terroriste a condamné à la pendaison trois auteurs des attentats perpétrés à Bombay en 2003. Plusieurs bombes avaient alors explosé devant la célèbre Porte de l'Inde et dans un quartier adjacent, faisant 52 morts.

AFP - Trois personnes dont un couple accusés d'attentats à la bombe en 2003 à Bombay ayant fait 52 morts ont été condamnées à mort jeudi par un tribunal anti-terroriste indien.

Le juge M.R. Puranik a décidé que Haneef Sayyed, son épouse Fahmeeda Sayyed et Ashrat Ansari "devaient être pendus par le cou jusqu'à ce que mort s'en suive", pour meurtre, conspiration et terrorisme.

Les trois accusés avaient été reconnus coupables la semaine passée d'attentats à la bombe le 25 août 2003 devant le célèbre monument la Porte de l'Inde et dans le quartier des joailliers du bazar de Zaveri.

Ils sont restés impassibles lors de la lecture du verdict mais leurs avocats ont annoncé qu'ils allaient faire appel de leur condamnation à mort, peine rarement appliquée en Inde et souvent commuée en réclusion à perpétuité par le président.

Le procès a permis d'établir que le trio avait agi en représailles d'atrocités commises par des Hindous contre des Musulmans dans l'Etat du Gujarat (ouest) en 2002. Ils avaient pris le nom de "Force de vengeance musulmane du Gujarat".

Le procureur Ujjwal Nikam a affirmé qu'ils étaient également membres du groupement islamiste pakistanais interdit Lashkar-e-Taiba (LeT), considéré comme responsable d'une série d'attaques coordonnées du 26 au 29 novembre dernier contre des lieux symboliques et deux hôtels de luxe de Bombay ayant fait 174 morts (dont 9 des 10 assaillants).

Le procureur Nikam a rejeté les arguments des avocats de la défense réclamant une peine d'emprisonnement. Il a estimé que les crimes commis appartenaient à l'une des "rares" catégories pour lesquels un magistrat pouvait juger approprié de prononcer la peine capitale. Les attaques à la bombe avaient été méticuleusement préparées et menées en plaçant des engins fortement explosifs dans les coffres de taxis provoquant "le massacre de personnes innocentes", a souligné le magistrat.

Ce procès était le plus important à Bombay depuis celui des attentats du "Vendredi Noir" lorsque 257 personnes avaient été tuées en 1993 dans des attaques à la bombe et au moins 800 autres avaient été blessés.

Première publication : 06/08/2009

COMMENTAIRE(S)