Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

Trois condamnés à mort pour les attentats de Bombay en 2003

Dernière modification : 06/08/2009

Un tribunal anti-terroriste a condamné à la pendaison trois auteurs des attentats perpétrés à Bombay en 2003. Plusieurs bombes avaient alors explosé devant la célèbre Porte de l'Inde et dans un quartier adjacent, faisant 52 morts.

AFP - Trois personnes dont un couple accusés d'attentats à la bombe en 2003 à Bombay ayant fait 52 morts ont été condamnées à mort jeudi par un tribunal anti-terroriste indien.

Le juge M.R. Puranik a décidé que Haneef Sayyed, son épouse Fahmeeda Sayyed et Ashrat Ansari "devaient être pendus par le cou jusqu'à ce que mort s'en suive", pour meurtre, conspiration et terrorisme.

Les trois accusés avaient été reconnus coupables la semaine passée d'attentats à la bombe le 25 août 2003 devant le célèbre monument la Porte de l'Inde et dans le quartier des joailliers du bazar de Zaveri.

Ils sont restés impassibles lors de la lecture du verdict mais leurs avocats ont annoncé qu'ils allaient faire appel de leur condamnation à mort, peine rarement appliquée en Inde et souvent commuée en réclusion à perpétuité par le président.

Le procès a permis d'établir que le trio avait agi en représailles d'atrocités commises par des Hindous contre des Musulmans dans l'Etat du Gujarat (ouest) en 2002. Ils avaient pris le nom de "Force de vengeance musulmane du Gujarat".

Le procureur Ujjwal Nikam a affirmé qu'ils étaient également membres du groupement islamiste pakistanais interdit Lashkar-e-Taiba (LeT), considéré comme responsable d'une série d'attaques coordonnées du 26 au 29 novembre dernier contre des lieux symboliques et deux hôtels de luxe de Bombay ayant fait 174 morts (dont 9 des 10 assaillants).

Le procureur Nikam a rejeté les arguments des avocats de la défense réclamant une peine d'emprisonnement. Il a estimé que les crimes commis appartenaient à l'une des "rares" catégories pour lesquels un magistrat pouvait juger approprié de prononcer la peine capitale. Les attaques à la bombe avaient été méticuleusement préparées et menées en plaçant des engins fortement explosifs dans les coffres de taxis provoquant "le massacre de personnes innocentes", a souligné le magistrat.

Ce procès était le plus important à Bombay depuis celui des attentats du "Vendredi Noir" lorsque 257 personnes avaient été tuées en 1993 dans des attaques à la bombe et au moins 800 autres avaient été blessés.

Première publication : 06/08/2009

COMMENTAIRE(S)