Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Trois condamnés à mort pour les attentats de Bombay en 2003

©

Dernière modification : 06/08/2009

Un tribunal anti-terroriste a condamné à la pendaison trois auteurs des attentats perpétrés à Bombay en 2003. Plusieurs bombes avaient alors explosé devant la célèbre Porte de l'Inde et dans un quartier adjacent, faisant 52 morts.

AFP - Trois personnes dont un couple accusés d'attentats à la bombe en 2003 à Bombay ayant fait 52 morts ont été condamnées à mort jeudi par un tribunal anti-terroriste indien.

Le juge M.R. Puranik a décidé que Haneef Sayyed, son épouse Fahmeeda Sayyed et Ashrat Ansari "devaient être pendus par le cou jusqu'à ce que mort s'en suive", pour meurtre, conspiration et terrorisme.

Les trois accusés avaient été reconnus coupables la semaine passée d'attentats à la bombe le 25 août 2003 devant le célèbre monument la Porte de l'Inde et dans le quartier des joailliers du bazar de Zaveri.

Ils sont restés impassibles lors de la lecture du verdict mais leurs avocats ont annoncé qu'ils allaient faire appel de leur condamnation à mort, peine rarement appliquée en Inde et souvent commuée en réclusion à perpétuité par le président.

Le procès a permis d'établir que le trio avait agi en représailles d'atrocités commises par des Hindous contre des Musulmans dans l'Etat du Gujarat (ouest) en 2002. Ils avaient pris le nom de "Force de vengeance musulmane du Gujarat".

Le procureur Ujjwal Nikam a affirmé qu'ils étaient également membres du groupement islamiste pakistanais interdit Lashkar-e-Taiba (LeT), considéré comme responsable d'une série d'attaques coordonnées du 26 au 29 novembre dernier contre des lieux symboliques et deux hôtels de luxe de Bombay ayant fait 174 morts (dont 9 des 10 assaillants).

Le procureur Nikam a rejeté les arguments des avocats de la défense réclamant une peine d'emprisonnement. Il a estimé que les crimes commis appartenaient à l'une des "rares" catégories pour lesquels un magistrat pouvait juger approprié de prononcer la peine capitale. Les attaques à la bombe avaient été méticuleusement préparées et menées en plaçant des engins fortement explosifs dans les coffres de taxis provoquant "le massacre de personnes innocentes", a souligné le magistrat.

Ce procès était le plus important à Bombay depuis celui des attentats du "Vendredi Noir" lorsque 257 personnes avaient été tuées en 1993 dans des attaques à la bombe et au moins 800 autres avaient été blessés.

Première publication : 06/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)