Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

Un an après le conflit, Géorgiens et Ossètes célèbrent leurs morts

Vidéo par Jennifer LUBY

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 08/08/2009

Un an après la guerre qui les a opposés, Géorgiens et Ossètes observeront une minute de silence pour leurs victimes. Des cérémonies sur fond d'escalade verbale entre Moscou et Tbilissi qui s'accusent de préparer un nouveau conflit.

La Géorgie et la Russie célèbrent ce vendredi le premier anniversaire de la guerre éclair qui avait éclaté le 7 août 2008 pour le contrôle du petit territoire séparatiste de l’Ossétie du Sud.


Géorgiens et Ossètes prévoient chacun de leur côté d’observer une minute de silence pour leurs victimes respectives, cérémonies qui seront suivies par les discours du président géorgien Mikheïl Saakachvili et du chef rebelle sud-ossète Edouard Kokoïty.

Dans le centre-ville de Tbilissi, la capitale géorgienne, des photos grand format de la guerre ont été installées. "Ce sont des photos de tristesse et de destructions. Nombreux sont ceux qui en les regardant font le signe de croix", témoigne Cyril Vanier, envoyé spécial de FRANCE 24.
 
Un an après le conflit, les tensions entre les deux pays limitrophes sont toujours palpables. "La région reste instable et fragile", a déclaré jeudi Dora Bakoyannis, la présidente de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

 

Provocations mutuelles

 

Les camps russes et géorgiens s’accusent mutuellement de se réarmer dans le but de lancer une nouvelle offensive militaire. Les troupes russes déployées en Ossétie du Sud ont été placées en état de"vigilance renforcée". Le président américain Barack Obama et le vice-président Joe Biden ont téléphoné jeudi aux présidents russe Dmitri Medvedev et géorgien Mikheïl Saakachvili pour les appeler au calme.

 

Lundi, Tbilissi a fait savoir que trois grenades RPG avaient été tirées de l’Ossétie du Sud sur un village géorgien, sans faire de blessé. De son côté, l'Ossétie du Sud a accusé les forces géorgiennes d'avoir tiré au mortier, ce que dément Tbilissi.

 

En guise de riposte, le chef de l’Ossétie du Sud, Edouard Kokoïty, a ordonné la fermeture du dernier point de passage par lequel les habitants d'origine géorgienne de la région d'Akhalgori, à dominante géorgienne, avaient jusqu'ici le droit de passer.

La Russie n’a pas tardé à répliquer. Andreï Nesterenko, porte-parole du ministre russe des Affaires étrangères, déclarait mardi que, face aux provocations géorgiennes, la Russie allait "accentuer le degré de préparation au combat des soldats et garde-frontières russes" dans les régions géorgiennes sécessionnistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie.

 

Reconstruire une capacité défensive conforme aux normes de l'Otan

Cyril Vanier souligne que, malgré les coups de feu tirés durant la semaine écoulée, "il n’y a aucune raison de penser qu’une offensive militaire est en train de se préparer d’un côté ou de l’autre".



"Même si pour la communauté internationale, l’Ossétie du Sud fait toujours officiellement partie de la Géorgie, la plupart des habitants parlent russe, ont des passeports russes, paient en roubles, la monnaie russe", ajoute le journaliste. Selon lui, un an après la première tentative militaire géorgienne pour récupérer l’Ossétie du Sud, "on voit mal comment la Géorgie peut reprendre le contrôle" de ce territoire séparatiste.


 

Mikhaïl Saakachvili exclut cette option. Dans un entretien avec FRANCE 24 le 4 août, il affirmait que "la Géorgie n'a ni intention ni possibilité d'attaquer la Russie. Ce serait un suicide total." Des déclarations confirmées par Eka Tkeshelashvili mercredi. La Géorgie ne fait que reconstruire une capacité défensive conforme aux normes de l'Otan, dont elle aspire à devenir membre, soulignait-elle, ajoutant que ces initiatives étaient parfaitement vérifiables par les observateurs déployés par l'Union européenne aux frontières des zones sécessionnistes.

 

Toutefois, Salomé Zourabichvili, ex-ministre géorgienne des Affaires étrangères, affirme jeudi dans le Parisien que "en poussant la Russie à intervenir, Saakachvili redeviendrait une victime et pourrait mobiliser les Géorgiens derrière lui et faire taire l’opposition" qui manifeste contre lui depuis le 9 avril 2009.

 

La Russie "qui n’a pas d’intérêt rationnel à redémarrer une guerre", selon Salomé Zourabichvili, a tout de même  déclaré mardi qu’elle avait accru le niveau d'alerte de ses troupes dans les régions géorgiennes sécessionnistes.

 

Un conflit de 5 jours qui aura fait 100 morts

Le 7 août 2008 éclatait la guerre du Caucase. La tentative par la Géorgie de reprendre le contrôle sur l’Ossétie du Sud, territoire séparatiste, déclenche la colère du géant russe. Les deux républiques séparatistes, l’Abkhasie et l’Ossétie du Sud,  avaient déclaré unilatéralement leur indépendance à la chute de l'URSS au début des années 1990.

La guerre qui n’a duré que 5 jours a fait 100 morts. Après quatre jours de combat, la Russie a déclaré que les troupes russes resteraient sur les positions définies par l'accord de 1992 pour garantir la paix dans la région. Un cessez-le-feu a été signé le 16 août, sans résoudre réellement les questions ossètes et abkhases.

L’Union européenne a envoyé quelques 240 observateurs, non armés, afin de garantir le respect du cessez-le-feu. Les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Bruxelles fin juillet ont décidé de prolonger leur mission prolongation jusqu'au 14 septembre 2010.

 


 

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)