Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

FRANCE

Fuite de pétrole dans une réserve naturelle du sud de la France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2009

Quelque 4 000 m3 de pétrole se sont déversés dans une réserve naturelle des Bouches-du-Rhône après la rupture d'un oléoduc. La secrétaire d'État à l'Écologie, Chantal Jouanno (photo), parle d'un "désastre écologique".

AFP - La secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno a qualifié vendredi de "vrai désastre écologique", la fuite de 4.000 m3 de pétrole brut d'un oléoduc, reliant Fos-sur-Mer à l'Allemagne, dans la réserve naturelle de Coussouls de Crau (Bouches-du-Rhône).
  
"C'est un vrai désastre écologique puisqu'on est sur une réserve naturelle, un site qui abrite des espèces rares", a déclaré la secrétaire d'Etat, arrivée sur place en fin d'après-midi.
  
Elle a précisé que 4.000 m3 de pétrole s'étaient déversés sur deux hectares de la réserve naturelle.
  
L'oléoduc, géré par la Société du Pipeline Sud-Européen (SPSE), date de 1971. La réserve a été créée en 2001.
  
"Il y a plusieurs pipes (pipeline/oléoduc: NDLR) qui passent sous cette zone protégée. C'est un témoignage de notre histoire, à l'époque cela n'avait d'importance pour personne. Aujourd'hui cela a de l'importance et les pipes sont contrôlés très régulièrement", a déclaré Mme Jouanno à la presse qui a été tenue à l'écart de la zone polluée.
  
Selon la société SPSE, une chute de pression due à une fuite a été enregistrée vendredi à 07H57 et des mesures pour couper le pipeline de 40 pouces et stopper l'écoulement ont été aussitôt prises. Un plan de sécurité et d'intervention a été mis en place et en fin de matinée, le pétrole ne s'écoulait plus, a-t-on ajouté de même source.
  
Une porte-parole de SPSE avait indiqué dans un premier temps que la fuite avait eu lieu dans une zone loin de toute habitation et de tout cours d'eau, sans préciser qu'il s'agissait d'une réserve naturelle. L'information a été révélée dans l'après-midi par Laurent Tatin, un responsable de la réserve.
  
Les risques sont "la destruction de l'écosystème et un impact sur certaines espèces spécifiques à la réserve, notamment le criquet de Crau et le Ganga Cata", un oiseau que l'on ne trouve en France que dans la plaine de La Crau, a déclaré à l'AFP M. Tatin.
  
Concernant "l'origine de l'accident, il faudra faire toute la lumière sur cette affaire et en tirer les conclusions, c'est l'exploitant qui est responsable", a dit Mme Jouanno.
  
Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Tarascon et confiée à la gendarmerie pour déterminer l'origine de la rupture de l'oléoduc.
  
Cette réserve de 7.400 hectares englobe "le delta laissé par la Durance (qui) a été façonné par les troupeaux pour créer un milieu unique au monde, abritant une faune exceptionnelle et diversifiée héritée des steppes africaines", peut-on lire sur le site de la réserve.

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)