Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Economie

Galvanisée par la baisse du chômage, Wall Street finit en hausse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/10/2009

La légère baisse du taux de chômage enregistrée en juillet aux États-Unis alimente les espoirs de fin de crise dans le pays. Et redonne des couleurs à Wall Street, où l'indice Dow Jones a gagné 1,23 % à la clôture.

REUTERS - Les marchés d'actions américaines ont clôturé en hausse vendredi, soutenus par la publication d'une statistique montrant que les pertes d'emplois avaient diminué en juillet, alimentant les espoirs de reprise.

 

Le Dow Jones a gagné 1,23%, 113,81 points, à 9.370,07, tandis que le Standard & Poors 500 a pris 13,40 points, 1,34% à 1.010,48 et que le Nasdaq s'est adjugé 1,37%, 27,09 points, à 2000,25.

 

Sur la semaine, le Dow a avancé de 2,2%, le S&P 500 a grimpé de 2,3% et le Nasdaq a pris 1,1%.

 

Les entreprises américaines ont supprimé 247.000 emplois en juillet, le chiffre le plus faible enregistré depuis le mois d'août de l'an dernier.

 

La baisse des suppressions de postes a de plus contribué à ramener le taux de chômage à 9,4% contre 9,5% en juin, sa première baisse depuis avril 2008. Et les chiffres révisés de mai et juin font en outre ressortir 43.000 licenciements de moins qu'annoncé auparavant.

 

"Non seulement ces chiffres montrent qu'il y a moins de pertes d'emploi, mais que la tendance de la réduction du temps de travail s'est inversée", note Marc Pado de Cantor Fitzgerald & Co.

 

"Cela apporte cette confiance liée au travail, qu'on pourra le garder, qu'on pourra travailler davantage d'heures, ce qui offre de bien meilleures perspectives pour le restant de l'année."

 

Autre facteur de soutien pour l'ensemble du marché boursier, l'assureur American International Group (AIG) a bondi de plus de 20,46% à 27,14 dollars après l'annonce de son premier bénéfice en sept trimestres.

 

Le groupe, sauvé de la faillite par l'Etat fédéral l'an dernier, a réalisé au deuxième 1,8 milliard de dollars de profits.

American Express a gagné 4,41% à 32,69 dollars, progressant pour la huitième séance consécutive, après avoir annoncé qu'il avait constaté un recul des pertes sur crédit.

 

Sur le Nasdaq, le constructeur de puces informatiques Nvidia  s'est apprécié de 4,5% à 13,71 dollars au lendemain de la publication d'une perte trimestrielle inférieure aux prévisions tout en faisant état de perspectives supérieures aux attentes.

 

 

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)