Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

Asie - pacifique

Islamabad donne pour mort le chef taliban Baitullah Mehsud

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/08/2009

Alors que les États-Unis se refusent toujours à confirmer la mort de Baitullah Mehsud, les médias et les autorités pakistanaises considèrent qu'il est probable que le chef des Taliban ait été tué mercredi par un tir de missile.

REUTERS - Il est probable que le chef des taliban pakistanais, Baitullah Mehsud, ait été tué par un tir de missile mercredi avec sa femme et ses gardes du corps, a indiqué vendredi le ministre pakistanais de l'Intérieur.

 

Un agent de renseignement présent dans la région reculée du Sud-Waziristan affirme même que l'enterrement de Mehsud a déjà eu lieu. De leur côté, des médias pakistanais ont annoncé la mort de Mehsud en citant leurs propres Sources. "Il a été tué avec sa femme et a été enterré à Nargosey", a dit l'agent en évoquant un hameau situé à un Kilomètre du lieu de l'attaque, apparemment opérée par un drone américain.

 

A Washington, la Maison blanche a déclaré que les Etats-Unis n'étaient pas encore en mesure de confirmer avec certitude la disparition de Mehsud.

 

Des diplomates en poste à Islamabad soulignent que la mort de Mehsud représenterait un succès majeur pour le pakistan, mais ils doutent qu'elle facilite la tâche aux troupes occidentales qui combattent les taliban en Afghanistan. Son action visait surtout le gouvernement et les forces de sécurité du Pakistan.

 

"Nous pensons qu'il a été tué lors du tir de missile", a déclaré le ministre pakistanais de l'Intérieur, Rehman Malik. "Nous disposons de certaines informations (en ce sens) mais pas de la preuve matérielle pour le confirmer", a-t-il ajouté. Le chef de la diplomatique pakistanaise, Shah Mehmood Qureshi, a dit à peu près la même chose au micro de la radio BBC.

 

"Il est pratiquement certain aujourd'hui qu'il est mort. (...) C'est un développement important", a dit le ministre en prédisant une lutte de pouvoir interne pour la succession. Un haut responsable pakistanais avait déclaré auparavant que le tir de missile avait aussi causé la mort du frère de Mehsud et de sept gardes du corps en plus de celle de sa femme.

 

De son côté, un porte-parole des taliban afghans a déclaré que la disparition du chef de l'aile pakistanaise du mouvement islamiste, si elle était confirmée, n'affaiblirait pas sa cause en Afghanistan. "Le djihad des taliban contre les forces étrangères en Afghanistan ne sera pas affecté au cas où un dirigeant taliban pakistanais serait tué de l'autre côté de la ligne Durand", a dit ce porte-parole, Zabiullah Mujahid, par téléphone d'un lieu indéterminé. La "ligne Durand" désigne la frontière des deux pays et au nom du responsable britannique qui en avait établi le tracé à l'époque coloniale.
 

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)