Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef taliban Baitullah Mehsud probablement tué par un missile

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2009

Le chef des Taliban au Pakistan, Baitullah Mehsud, a probablement été tué mercredi par un missile américain, selon le ministre pakistanais de l'Intérieur. Washington estime que l'information est crédible mais attend les preuves.

REUTERS - Il est très probable que le chef des taliban pakistanais Baitullah Mehsud ait été tué dans un tir de missiles mercredi en même temps que sa femme et ses gardes du corps, a déclaré vendredi le ministre pakistanais de l'Intérieur.

"Nous soupçonnons qu'il a été tué lors du tir de missiles", a dit à Reuters Rehman Malik.

"Nous disposons de certaines informations (en ce sens), mais pas de la preuve matérielle pour le confirmer", a-t-il ajouté.

A Washington, un responsable américain a également dit qu'il y avait des raisons de croire au décès de Baitullah Mehsud.

"Il y a des raisons de croire que les informations sur sa mort pourraient être vraies, mais elle ne peut être confirmée pour l'heure", a dit ce responsable sous le sceau de l'anonymat.

Il n'a pas souhaité faire de commentaires sur les possibles circonstances de la mort du chef des taliban pakistanais.

La chaîne ABC News a également cité un responsable américain disant qu'il y avait 95% de chances que Mehsud ait été tué dans ces frappes.

Les autorités américaines disposent d'indices visuels et d'autres indications, et les Pakistanais tentent d'obtenir des preuves physiques pour confirmer le décès, a rapporté ABC.

Les Etats-Unis ont offert cinq millions de dollars pour la mort du chef des taliban pakistanais, un proche allié d'Al Qaïda qui est considéré comme l'ennemi public numéro un au Pakistan.

Région bouclée

Une frappe, probablement conduite par un drone américain, a eu lieu mercredi peu avant 01h00 du matin (19h00 GMT mardi) à Makeen, un village isolé de la région du Sud-Waziristan. Elle visait la maison du beau-père de sa seconde épouse.

Celle-ci a été tuée dans l'attaque, que n'ont confirmé ni les Etats-Unis ni le Pakistan. Les raids menés par des drones sont rarement confirmés en raison de la sensibilité que revêt la question de la souveraineté territoriale.

Un membre de la famille a affirmé après la frappe que Baitullah Mehsud n'était pas présent dans la maison visée, mais il a ensuite été donné pour blessé ou mort.

La demeure, très isolée, se situe à deux heures de marche du village de Makeen et les taliban ont bouclé la zone, refusant son accès à toute personne, ont rapporté des villageois.

Selon un haut responsable pakistanais de la sécurité, outre l'épouse du chef taliban, un frère de Mehsud et sept gardes du corps ont été tués dans l'attaque, qui a fait une dernière victime non identifiée. Il y a de bonnes chances que ce soit Baitullah Mehsud, a-t-il ajouté.

Des agents du renseignement pakistanais ont par ailleurs recueilli des informations qui augurent d'une réunion, vendredi au Waziristan, des chefs régionaux du mouvement islamiste.

Baitullah Mehsud s'est autoproclamé fin 2007 chef des taliban pakistanais, divisés en 13 factions dans le nord-est du pays. Ses combattants sont à l'origine d'une multitude d'attentats au Pakistan et contre les forces occidentales à la frontière avec l'Afghanistan.

On estime à 10.000 à 20.000 le nombre de militants qui lui font allégeance. Les attaques américaines au Sud-Waziristan, bastion de l'activiste, se sont multipliées depuis qu'Islamabad a lancé une vaste offensive contre lui en juin.

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)