Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

EUROPE

"Un sentiment d’insécurité générale prévaut parmi la population"

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/08/2009

Amnesty International a publié un rapport sur la situation en Géorgie un an après la guerre. Natalia Nozadze, responsable du Sud-Caucase pour l’ONG, revient sur leurs principales conclusions. Interview.

FRANCE 24 - Lors de votre visite dans la région frontalière séparant la Géorgie de l’Ossétie du Sud, avez-vous eu l’impression que le souvenir de la guerre était encore vivace ?


Natalia Nozadze - L’une des choses les plus marquantes qu’on a pu constater sur place, c’est que peu de gens ont entrepris de reconstruire leur maison détruite malgré une compensation versée par l’Etat géorgien. Ces personnes nous ont expliqué que reconstruire ne servait à rien étant donné que le conflit pouvait reprendre à tout moment. Il y a un sentiment d’insécurité générale qui prévaut parmi la population.
 

 

F24 - Dans le rapport que vous venez de publier vous indiquez qu’environ 30 000 personnes, sur les quelque 200 000 déplacés, n’ont pas encore pu rentrer chez eux...


N. Z. - Il existe différentes situations. Une partie d’entre eux attend que les reconstructions soient terminées ou que la Géorgie leur verse la compensation promise pour pouvoir, ensuite, rebâtir eux-mêmes leur maison. Et puis, il y a environ 18 500 personnes, essentiellement des Géorgiens, dont le retour est très improbable puisqu'ils ont fui des zones qui, aujourd’hui, sont passées sous le contrôle sud-ossète. Pour ces déplacés, l’État a construit des nouveaux centres d’habitation. Reste qu’ils se retrouvent souvent dans des endroits isolés des principaux services publics et qu'ils dépendent à 100% de l’aide humanitaire.
 

 

F24 - Amnesty International estime que, pour l'heure, les conditions censées aboutir à une "paix stable" ne sont pas réunies. Quel est le principal blocage à votre avis ?


N.Z. - Un an après la guerre, la justice ne s’est pas penchée sur les exactions perpétrées l’an dernier pendant la guerre. Il faut absolument que les responsables soient poursuivis. Le problème est que la mission d’enquête russe refuse d’envisager d’éventuelles responsabilités autres que géorgiennes, tandis que Tbilissi a du mal à collecter des preuves dans les zones sous contrôle russe à la frontière avec l’Ossétie du Sud.

 

Première publication : 07/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)