Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • Air Algérie a perdu le contact avec un avion parti de Ouagadougou

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

EUROPE

"Un sentiment d’insécurité générale prévaut parmi la population"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/08/2009

Amnesty International a publié un rapport sur la situation en Géorgie un an après la guerre. Natalia Nozadze, responsable du Sud-Caucase pour l’ONG, revient sur leurs principales conclusions. Interview.

FRANCE 24 - Lors de votre visite dans la région frontalière séparant la Géorgie de l’Ossétie du Sud, avez-vous eu l’impression que le souvenir de la guerre était encore vivace ?


Natalia Nozadze - L’une des choses les plus marquantes qu’on a pu constater sur place, c’est que peu de gens ont entrepris de reconstruire leur maison détruite malgré une compensation versée par l’Etat géorgien. Ces personnes nous ont expliqué que reconstruire ne servait à rien étant donné que le conflit pouvait reprendre à tout moment. Il y a un sentiment d’insécurité générale qui prévaut parmi la population.
 

 

F24 - Dans le rapport que vous venez de publier vous indiquez qu’environ 30 000 personnes, sur les quelque 200 000 déplacés, n’ont pas encore pu rentrer chez eux...


N. Z. - Il existe différentes situations. Une partie d’entre eux attend que les reconstructions soient terminées ou que la Géorgie leur verse la compensation promise pour pouvoir, ensuite, rebâtir eux-mêmes leur maison. Et puis, il y a environ 18 500 personnes, essentiellement des Géorgiens, dont le retour est très improbable puisqu'ils ont fui des zones qui, aujourd’hui, sont passées sous le contrôle sud-ossète. Pour ces déplacés, l’État a construit des nouveaux centres d’habitation. Reste qu’ils se retrouvent souvent dans des endroits isolés des principaux services publics et qu'ils dépendent à 100% de l’aide humanitaire.
 

 

F24 - Amnesty International estime que, pour l'heure, les conditions censées aboutir à une "paix stable" ne sont pas réunies. Quel est le principal blocage à votre avis ?


N.Z. - Un an après la guerre, la justice ne s’est pas penchée sur les exactions perpétrées l’an dernier pendant la guerre. Il faut absolument que les responsables soient poursuivis. Le problème est que la mission d’enquête russe refuse d’envisager d’éventuelles responsabilités autres que géorgiennes, tandis que Tbilissi a du mal à collecter des preuves dans les zones sous contrôle russe à la frontière avec l’Ossétie du Sud.

 

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)