Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

François Hollande achève sa tournée africaine au Cameroun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : Les touristes algériens très attendus

En savoir plus

REPORTERS

La Libye en quête d'unité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Grèce en défaut de paiement, dette, déficit, faillite...et "grexit" ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attaque de Boko Haram au Nigeria : 150 morts dans 2 nouvelles attaques

En savoir plus

TECH 24

Les nouveaux innovateurs

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : la jupe de la discorde

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les profs 2" : les cancres sont de retour

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour à Gaza, un an après l’opération "Bordure protectrice"

En savoir plus

Economie

Obama affirme que le pire de la récession est passé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2009

Se basant sur les derniers chiffres qui font état d'un net ralentissement des suppressions d'emplois dans son pays, le président américain, Barack Obama, a affirmé que son gouvernement avait sauvé l'économie de la "catastrophe".

AFP - Le président américain Barack Obama a affirmé vendredi que son gouvernement avait sauvé l'économie de la "catastrophe" et que le pire de la récession "pourrait être derrière nous", après l'annonce de chiffres du chômage encourageants.
   
"Ce matin, nous avons reçu de nouveaux signes montrant que le pire pourrait être derrière nous", a déclaré le président au cours d'une brève allocution dans les jardins de la Maison Blanche.
   
Les derniers chiffres du chômage publiés vendredi ont fait apparaître un net ralentissement des suppressions d'emplois (247.000 en juillet, après 443.000 en juin) et une baisse du taux de chômage (9,4%, après 9,5%) alors que les analystes prévoyaient une hausse.
   
"Nous perdons des emplois à un rythme deux fois moindre que quand j'ai pris mes fonctions. Nous avons évité le pire au système financier", a-t-il énuméré.
   
"Nous avons non seulement sauvé notre économie de la catastrophe, mais aussi posé les nouvelles bases de la croissance", a insisté M. Obama, ajoutant cependant que les temps seraient durs avant que la prospérité ne revienne tout à fait.
   
"Nous avons une montagne escarpée à gravir et nous avons démarré dans une vallée très profonde," a-t-il dit.
   
 

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)