Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jean-Michel Jarre : "L’électro européenne a envahi le monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Corée du Sud : les "chaebols" sous le feu des questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux de Manuel Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'organisation EI perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

Afrique

Violents heurts entre manifestants anti-Bongo et policiers

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2009

À Libreville, plusieurs milliers de manifestants se sont affrontés aux forces de l'ordre dans de violents heurts après la dispersion d'un rassemblement d'opposants à Ali Ben Bongo, candidat à la présidentielle du 30 août.

AFP - Des affrontements violents ont opposé vendredi à Libreville plusieurs milliers de manifestants aux forces de l'ordre après la dispersion d'un rassemblement interdit par les autorités gabonaises, faisant plusieurs blessés, a constaté un journaliste de l'AFP.
   
Ces heurts ont éclaté après la dispersion par les forces de l'ordre d'un rassemblement de plusieurs centaines d'opposants qui demandaient la démission du gouvernement du ministre de la Défense Ali Ben Bongo, fils du défunt président Omar Bongo et candidat à la présidentielle du 30 août.
   
Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui ont répliqué par des jets de projectiles, a constaté le journaliste de l'AFP.
   
Plusieurs milliers de personnes ont alors rejoint les opposants pour affronter les forces de l'ordre qui ont continué les tirs de gaz lacrymogènes.
   
Plusieurs blessés ont été dénombrés par le journaliste de l'AFP, mais aucun bilan précis n'était disponible de source indépendante.
   
Jeudi, une coalition d'une dizaine de candidats à la présidentielle avait annoncé pour vendredi une marche afin de demander la démission de M. Bongo. Les autorités ont déclaré jeudi soir que cette marche était interdite.
   
Les affrontements entre manifestants et policiers ont cessé avec le retrait des forces de l'ordre.
   
Entre 5 et 6.000 personnes sont restées sur les lieux des heurts, scandant des slogans hostiles à M. Bongo. "Ali démission", "Ali dictateur", pouvait-on entendre. "On veut le changement", le "Gabon n'est pas une monarchie", ont lancé aussi les manifestants.
   
Plusieurs candidats à la présidentielle - les opposants Pierre Mamboundou, Zacharie Myboto, Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, Luc Bengono Nsi, les indépendants Bruno Ben Moubamba, Casimir Oyé Mba et Anna Claudine Ayo Assayi ainsi que Paul Mba Abessole, en lice pour un parti de la majorité - ont rejoint les manifestants, a constaté l'AFP.
   
Depuis plusieurs semaines, la présence au gouvernement de deux ministres candidats, Pierre-Claver Maganga Moussavou (Enseignement technique) et Ali Ben Bongo est très critiquée par les 21 autres candidats, de nombreux hommes politiques et membres de la société civile.
   
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a répondu fin juillet qu'"aucune disposition ne disqualifie les candidats à l'élection présidentielle pour siéger au gouvernement", estimant que les demandes de démission étaient "un faux débat".
   
Jeudi, M. Maganga Moussavou a cependant annoncé sa démission du gouvernement pour se "consacrer à la campagne" électorale.
   
Vingt-trois candidats sont en lice pour la présidentielle, scrutin à tour unique.

Première publication : 07/08/2009

COMMENTAIRE(S)