Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un chef taliban dément la mort de Baitullah Mehsud, d'après la BBC

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/08/2009

Un chef taliban dément, ce samedi, la mort de Baitullah Mehsud, le chef des Taliban pakistanais déclaré mort par Islamabad, sur la chaîne britannique BBC. Il accuse également les services de renseignements étrangers de manipulation.

REUTERS - Hakimullah Mehsud, l’un des chefs militaires les plus puissants des zones tribales de la frontière pakistano-afghane, a démenti samedi la mort du chef des taliban pakistanais Baitullah Mehsud.

 

Le chef des combattants des régions tribales d’Orakzai, de Kurram et de Khyber, a qualifié cette annonce de « ridicule » et l’a imputée à des « agences de renseignement », selon le site internet du service en ourdou de la BBC.

 

Un responsable américain avait déclaré jeudi que les Etats-Unis avaient des raisons de croire que Baitullah Mehsud avait trouvé la mort lors d’une frappe de drone américain au Sud-Waziristan.

 

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Chah Mehmoid Qureshi, indiquait le lendemain que le gouvernement d’Islamabad estimait « très probable » que Mehsud ait effectivement été tué dans ce raid ainsi que sa seconde femme, son frère et sept gardes du corps.

 

« Il est maintenant quasi certain qu’il est mort (...) Ses propres partisans le disent. Des gens ont assisté à son enterrement et sont témoins », a depuis déclaré Qureshi à la BBC.

 

Certains analystes pensent que le démenti d’Hakimullah Mehsud n’a d’autre but que de gagner du temps jusqu’à l’émergence d’un nouveau chef des taliban, bien qu’il soit lui-même considéré comme un des mieux placés pour cette succession.

 

Les gouvernements occidentaux attendent quant à eux de voir si le nouveau chef des taliban pakistanais continuera à se focaliser sur la lutte contre le gouvernement d’Islamabad ou cherchera à venir en aide à leurs coreligionnaires afghans.

 

Baitullah Mehsud s’était proclamé fin 2007 chef des taliban pakistanais, qui regroupent une douzaine de factions islamistes armées.

 

Selon Qureshi, sa disparition va semer la discorde et le désarroi dans leurs rangs. « C’est un grand succès pour les forces qui combattent l’extrémisme et le terrorisme au Pakistan », a-t-il dit.

Première publication : 08/08/2009

COMMENTAIRE(S)