Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

Amériques

Un ami du roi de la pop pense être le père de sa fille

Vidéo par FRANCE 2 , Audrey RACINE

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 10/08/2009

Mark Lester, un ancien enfant-star britannique qui affirme avoir fait don de son sperme à Michael Jackson en 1996, pense être le père biologique de Paris, 11 ans, la deuxième fille de Bambi décédé le 25 juin à Los Angeles.

L'ex-enfant star britannique Mark Lester, aujourd'hui âgé de 51 ans, a affirmé dimanche au tabloïde britannique News of the World avoir fait don de son sperme à Michael Jackson, décédé le 25 juin. Il pense être le père biologique de la fille du "roi de la pop", Paris, et souhaite faire un test de paternité pour le prouver.

  

"J'ai fait don de mon sperme à Michael pour qu'il puisse avoir des enfants, et je pense que Paris est ma fille", a déclaré M. Lester, qui jouait le rôle d'Oliver Twist dans la comédie musicale "Oliver" en 1968 et est aujourd'hui retiré des écrans.

 

Aujourd’hui ostéopathe et père de quatre enfants, Lester était un ami de longue date du chanteur décédé. « J’étais le parrain de ses enfants et lui des miens. Nous étions très proches et avons passé de nombreux bons moments ensemble en famille. Nous prévoyions de louer des maisons de vacances en Angleterre cet été ».

 

 


 "En 1996, Michael m'a demandé si je pouvais lui donner du sperme et j'ai dit oui. Je lui faisais un cadeau, aucune somme d’argent n'a été versée, c'était quelque chose que j'étais honoré de faire. Il désirait si fort avoir des enfants", a-t-il raconté.

 

Le chanteur lui aurait confié qu’il ne parvenait pas à avoir des relations sexuelles avec les femmes.

 

Treize ans de silence

 

Selon lui, le don a été réalisé via une clinique de Londres en février 1996. La petite Paris est née en avril 1998. Fin 1996, Jackson avait annoncé son mariage avec son infirmière Debbie Rowe et leur premier fils était né début 1997.

 

Si Mark Lester dit vrai, il aurait donc gardé le silence sur son don de sperme au « roi de la pop » pendant 13 ans. « Je n’en ai parlé à personne, même pas à ma femme » affirme-t-il, expliquant que s’il s’exprime aujourd’hui, c’est parce qu’il n’arrive plus à entrer en contact avec les enfants Jackson depuis l’enterrement du chanteur. Il affirme que ses emails et coups de fils répétés sont restés sans réponse depuis la garde des enfants a été accordé à leur grand-mère, Katherine Jackson.

 

« J’aime énormément ces enfants et souhaite garder un proche contact avec eux. Je trouve ça cruel qu'on m’exclut de la sorte. La famille sait très bien que j’ai compté dans la vie des enfants depuis toujours », dit-il. Il affirme n’aspirer à aucun droit sur les enfants Jackson hormis « un contact régulier » pour s’assurer qu’ils « interagissent avec d’autres enfants, qu’ils retournent à une vie normale ». « Même s’il s’avère que je suis le père biologique de Paris cela ne change rien. C’est la fille de Michael. C’est lui qui l’a élevée. »

 

M. Lester se dit préoccupé par un cliché récent de Paris Jackson portant un livre des témoins de Jehovah, la religion de Katherine Jackson. « Michael aurait détesté », affirme-t-il. Il dit craindre que le clan Jackson n’isole les trois enfants.

Première publication : 09/08/2009

COMMENTAIRE(S)