Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

Le kamikaze de Nouakchott était recherché par la police

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2009

Le kamikaze qui a attaqué samedi l'ambassade de France à Nouakchott, blessant deux Français, a été identifié. Il s'agit d'un Mauritanien d'une vingtaine d'années, recherché par la police comme "membre de la mouvance jihadiste".

AFP - Le kamikaze qui s'est fait exploser samedi près de l'ambassade de France à Nouakchott a été identifié comme un Mauritanien d'une vingtaine d'années que la police recherchait comme "membre de la mouvance jihadiste", a déclaré à l'AFP un responsable policier.

"C'est un élément que nous recherchions, il était dans le collimateur des services de sécurité. Il a été formellement identifié comme un membre de la mouvance jihadiste" a indiqué cette source, en requérant l'anonymat.

Selon ce responsable policier, le jeune homme, "né en 1987 à Nouakchott", "serait rentré sur le territoire mauritanien il y a seulement dix jours".

 



La Mauritanie, cible depuis deux ans de diverses attaques de la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi), n'avait jamais été le théâtre d'attentats-suicide.

L'homme s'est tué en actionnant sa ceinture d'explosifs samedi peu avant 19H00 (locales et GMT) près de l'ambassade de France, au passage de deux Français qui faisaient leur jogging et ont été très légèrement touchés, selon une source diplomatique.

Ces deux employés de la sécurité de l'ambassade de France "restent sous le choc. Ils ont subi quelques petits impacts, très légers. Ils resteront ce (samedi) soir sous observation médicale" à l'hôpital, a indiqué dans la soirée un conseiller de l'ambassade, après leur avoir rendu visite.

Une source hospitalière a indiqué à l'AFP que l'un des deux Français avait été soigné "pour une blessure à la poitrine pas très grave".

Une Mauritanienne a également été traitée très brièvement aux urgences, selon une source policière mauritanienne. Elle avait été très légèrement touchée par des éclats d'explosifs alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule.

 



Cet attentat intervient un mois et demi après l'assassinat, le 23 juin, d'un Américain à Nouakchott, revendiqué par Aqmi.

L'attentat a également lieu trois jours après l'investiture de l'ex-général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz dans ses fonctions de président élu de la Mauritanie.

Fin 2007, quatre touristes français avaient été assassinés à Aleg (250 km à l'est de Nouakchott). Trois jeunes Mauritaniens proches d'Aqmi, considérés comme les exécutants de ces assassinats, sont actuellement détenus.

Première publication : 09/08/2009

COMMENTAIRE(S)