Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Afrique

Le kamikaze de Nouakchott était recherché par la police

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2009

Le kamikaze qui a attaqué samedi l'ambassade de France à Nouakchott, blessant deux Français, a été identifié. Il s'agit d'un Mauritanien d'une vingtaine d'années, recherché par la police comme "membre de la mouvance jihadiste".

AFP - Le kamikaze qui s'est fait exploser samedi près de l'ambassade de France à Nouakchott a été identifié comme un Mauritanien d'une vingtaine d'années que la police recherchait comme "membre de la mouvance jihadiste", a déclaré à l'AFP un responsable policier.

"C'est un élément que nous recherchions, il était dans le collimateur des services de sécurité. Il a été formellement identifié comme un membre de la mouvance jihadiste" a indiqué cette source, en requérant l'anonymat.

Selon ce responsable policier, le jeune homme, "né en 1987 à Nouakchott", "serait rentré sur le territoire mauritanien il y a seulement dix jours".

 



La Mauritanie, cible depuis deux ans de diverses attaques de la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi), n'avait jamais été le théâtre d'attentats-suicide.

L'homme s'est tué en actionnant sa ceinture d'explosifs samedi peu avant 19H00 (locales et GMT) près de l'ambassade de France, au passage de deux Français qui faisaient leur jogging et ont été très légèrement touchés, selon une source diplomatique.

Ces deux employés de la sécurité de l'ambassade de France "restent sous le choc. Ils ont subi quelques petits impacts, très légers. Ils resteront ce (samedi) soir sous observation médicale" à l'hôpital, a indiqué dans la soirée un conseiller de l'ambassade, après leur avoir rendu visite.

Une source hospitalière a indiqué à l'AFP que l'un des deux Français avait été soigné "pour une blessure à la poitrine pas très grave".

Une Mauritanienne a également été traitée très brièvement aux urgences, selon une source policière mauritanienne. Elle avait été très légèrement touchée par des éclats d'explosifs alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule.

 



Cet attentat intervient un mois et demi après l'assassinat, le 23 juin, d'un Américain à Nouakchott, revendiqué par Aqmi.

L'attentat a également lieu trois jours après l'investiture de l'ex-général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz dans ses fonctions de président élu de la Mauritanie.

Fin 2007, quatre touristes français avaient été assassinés à Aleg (250 km à l'est de Nouakchott). Trois jeunes Mauritaniens proches d'Aqmi, considérés comme les exécutants de ces assassinats, sont actuellement détenus.

Première publication : 09/08/2009

COMMENTAIRE(S)