Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Amériques

Onze militaires équatoriens arrêtés à la frontière

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2009

La Colombie a capturé, samedi, 11 militaires équatoriens en territoire colombien, ravivant des tensions de longue date entre les deux pays. Les soldats ont été remis à l'Équateur.

AFP - Onze militaires équatoriens capturés samedi en territoire colombien ont été remis dimanche aux autorités équatoriennes, a-t-on appris de source militaire colombienne.
   
Les militaires équatoriens ont été remis peu avant midi à leurs autorités lors d'une cérémonie en présence de militaires des deux pays, "dans un climat de normalité" et selon un processus "conforme aux protocoles établis", a indiqué à l'AFP cette source du haut commandement de l'armée colombienne.
   
"La situation à la frontière est normale", a déclaré à la presse locale Betto Benavides, le maire de San Miguel, la localité frontalière où s'est tenue la cérémonie.
   
Quelques heures plus tôt, le ministère colombien des Affaires étrangères avait annoncé dans un communiqué que "hier, 8 août 2009, à 12h00 (17h00 GMT), au lieu-dit La Reforma, municipalité de Puerto Leguizamo, département de Putumayo, l'armée colombienne a capturé un officier, un sous-officier et neuf soldats appartenant à l'armée équatorienne, à 300 mètres de la frontière".
   
"En accord avec les conventions en vigueur (...) il sera procédé à leur remise aujourd'hui aux autorités militaires équatoriennes", ajoutait le communiqué.
   
Le ministre équatorien de la Sécurité, Miguel Carvajal, réagissant auprès de l'AFP, avait qualifié l'incident de "problème administratif" qui avait été "réglé", et fait état de "deux conscrits" ayant franchi la frontière colombienne "pour acheter des vivres", et non de 11 militaires comme indiqué par la Colombie.
   
L'Equateur a suspendu ses relations diplomatiques avec la Colombie à la suite de l'attaque aérienne, le 1er mars 2008, par l'armée colombienne, d'un campement de la guérilla des Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc, marxistes) installé en territoire équatorien. Le numéro deux des Farc, Raul Reyes, avait été tué au cours du bombardement.

Première publication : 09/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)