Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le copilote de la Germanwings était-il dépressif ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Offensive militaire au Yémen - Elections départementales en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crash de l'A320 de Germanwings - Les élections au Nigeria

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Chômage, au-delà de la courbe

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : la fête nationale endeuillée par l'attentat du Bardo

En savoir plus

MODE

Alaïa, Jarrar et Kayrouz marient l'ascèse à la sensualité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Nigeria : les 2 principaux rivaux signent un accord de paix

En savoir plus

#ActuElles

Les super héroïnes débarquent dans la BD

En savoir plus

Economie

Publicis rachète Razorfish à Microsoft pour 530 millions de dollars

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2009

Le groupe français Publicis a annoncé le rachat au groupe Microsoft de sa filiale Razorfish, une agence américaine de communication numérique, pour 530 millions de dollars. Publicis est le quatrième groupe mondial de publicité.

Reuters - Publicis a annoncé dimanche le rachat de l'agence de publicité sur internet Razorfish pour environ 530 millions de dollars (374 millions d'euros) à Microsoft avec lequel il noue également une alliance stratégique sur cinq ans.

 

Cette acquisition permettra au troisième groupe publicitaire mondial d'atteindre avec un an d'avance l'objectif de réaliser un quart de son chiffre d'affaires dans le numérique, le seul support encore en croissance malgré la crise.

 

L'accord, pour lequel Publicis était considéré comme favori, comporte également une alliance par laquelle le numéro un mondial des logiciels, qui lancé en juin le moteur de recherche Bing destiné à concurrencer Google, vendra à Publicis des espaces publicitaires sur internet et des liens sponsorisés.

 

"Nous demandons à Microsoft de nous proposer des conditions favorables pour que nos clients puissent en bénéficier et en échange de cela nous nous engagerons à améliorer nos parts de marché chez eux", a expliqué Maurice Lévy à des journalistes.

 

Le rachat de Razorfish, que les deux partenaires espèrent conclure au quatrième trimestre, se fera par le versement à Microsoft de 6,5 millions d'actions ordinaires Publicis autodétenues, soit 162 millions d'euros au cours de clôture de 24,90 euros de vendredi soir.

Microsoft détiendra ainsi environ 3% du capital de Publicis, dont les principaux actionnaires sont la famille fondatrice et le japonais Dentsu, lequel figurait avec le britannique WPP parmi le trio de groupes encore en lice après une première présélection.

 

Le solde du rachat de Razorfish proviendra de la trésorerie disponible de Publicis, qui disposait de 3,5 milliards d'euros de liquidités au 30 juin, après l'émission en juin pour 719 millions d'euros d'obligations convertibles (Océanes). La dette nette moyenne de Publicis était de 1,002 milliard d'euros au 30 juin, avec un ratio dette nette/fonds propres de 0,37.

 

Razorfish, deuxième agence de publicité sur internet aux Etats-Unis derrière Digitas - elle-même rachetée par Publicis en 2007 - compte parmi ses principaux clients Microsoft, Ford <F.N>, McDonald's <MCD.N> et Starwood Hotels.

Le prix payé par Publicis représente 1,4 à 1,5 fois le chiffre d'affaires de Razorfish, acquise par Microsoft en 2007 dans le cadre de son acquisition de la société de publicité sur internet aQuantive pour six milliards de dollars.

 
 
 

DERNIÈRE GRANDE ACQUISITION DANS LE NUMÉRIQUE

 

Razorfish rejoindra VivaKi, créé en juin 2008 pour regrouper les activités de Publicis dans le numérique, avec pour objectif de permettre aux annonceurs de toucher mondialement des audiences ciblées à travers une seule campagne portée par les différents réseaux.

 

L'alliance conclue avec Microsoft dans le cadre de la transaction étend un accord de collaboration mondial signé en juin dernier au festival de publicité des Cannes Lions.

 

Maurice Lévy a estimé que ce premier accord avait joué un rôle "indiscutable" dans l'obtention du contrat.

 

"Avec cette acquisition, on crée un fossé très difficilement franchissable par les concurrents. Il n'y a pas d'acquisition sur le marché d'une taille équivalente (...). C'était la dernière", a-t-il observé, tout en ajoutant que Publicis continuerait à regarder de "petites acquisitions" dans le numérique.

 

Publicis a réalisé au premier semestre 20,8% de son chiffre d'affaires dans le numérique, qui a affiché une croissance organique de 5,7%, à comparer à un recul de 6,6% pour l'ensemble du groupe. Le numérique devrait rester le seul segment en progression cette année, selon ZenithOptimedia, qui anticipe un recul de 8,5% pour le marché publicitaire mondial.

 

Publicis, qui a anticipé plus tôt que la plupart de ses concurrents le potentiel de croissance dans le numérique, avait signé en janvier 2008 une alliance dans la publicité numérique avec Google, notamment via sa filiale DoubleClick. Maurice Lévy a précisé que Publicis continuerait à rechercher également des acquisitions dans les pays émergents - dans lesquels le groupe vise également un quart de son chiffre d'affaires en 2010 - mais probablement pas de la taille de celle de Razorfish.

 
 
 
 

 

Première publication : 09/08/2009

COMMENTAIRE(S)