Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE : le plan de relance de Juncker est-il crédible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sommet de la francophonie : Macky Sall "regrette" l'absence de Wade

En savoir plus

Décrypter les mécanismes de l'addiction

Texte par Jennifer KNOCK

Dernière modification : 10/08/2009

Pourquoi certaines personnes sont-elles plus accrocs que d'autres à la cocaine? La Suisse est à la pointe en matière de recherche mais aussi en matière de prise en charge des toxicomanes. Reportage à Genève dans une salle d'injection.

Cette semaine, nous allons parler d'addictions. Chaque année, elles coutent près de 60 milliards d'euros à nos gouvernements en Europe. Drogues, machines à sous mais aussi jeux vidéos, les tentations sont nombreuses. Comment décrypter les mécanismes de l'addiction?

La première étape de notre enquête nous conduit à l'université de Genève. Le professeur Christian Luscher a réalisé beaucoup de tests sur les souris, il nous explique  pourquoi certains d'entre nous ont plus de chance de devenir accrocs à la cocaine que d'autres.

Puis, nous irons dans une salle d'injections à quelques mètres de la gare de Genève. Dans ce lieu, une centaine de toxicomanes viennent recevoir chaque jour des seringues propres et des conseils. Ils peuvent aussi prendre un ticket pour sniffer ou s'injecter en toute sécurité. L'objectif c'est d'éviter les infections comme les hépatites ou évidemment le sida. C'est aussi de maintenir le dialogue avec des drogués souvent rejetés par le reste de la société. Certains s'en sont sortis. Et parfois, cela commence par des gestes simples comme le ramassage des seringues usagées sur les trottoirs.

Dans une salle de jeux, nous verrons que les machines à sous peuvent aussi rendre accrocs. Dans certains casinos en France, des psychologues déambulent pour empêcher les clients les plus addicts de se ruiner.

Enfin, faut-il interdire le GBL en Grande Bretagne? Les autorités sanitaires se posent à nouveau la question. Ce détergent chimique est souvent utilisé comme une drogue. Mélangé à de l'alcool, il peut se révèler fatal. Une jeune fille de 21 ans l'a payé de sa vie.

Enfin, notre chronique insolite sera consacrée à la cyberdépendance. La Chine vient d'interdire les traitements par éléctrochoc. Une thérapie douteuse pratiquée par un psychiatre très connu de la province du Shandong. 3000 jeunes auraient subi ce traitement.
 

Première publication : 10/08/2009

COMMENTAIRE(S)