Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Amériques

Ottawa, Washington et Mexico unis sur la question hondurienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2009

À l'issue du sommet des dirigeants d'Amérique du Nord, le Canada, le Mexique et les États-Unis ont déclaré leur volonté de rétablir "l'ordre démocratique" au Honduras, où Manuel Zelaya a été renversé par un coup d'État, le 28 juin.

AFP - Le sommet des dirigeants des Etats-Unis, du Canada et du Mexique s'est conclu lundi sur une volonté commune de lutter contre le trafic de drogue et la grippe porcine, et de rétablir au Honduras le président destitué Manuel Zelaya.
   
"Le président Zelaya demeure le président démocratiquement élu et, par égard pour le peuple du Honduras, l'ordre démocratique et constitutionnel doit être rétabli", a déclaré M. Obama dans une conférence de presse conjointe à l'issue du sommet, soulignant que les Etats-Unis, le Mexique et le Canada "sont unis" dans cette résolution.
   
Le communiqué commun des trois partenaires du sommet, les présidents Obama et Felipe Calderon et le Premier ministre canadien Stephen Harper, souligne cette volonté de "rétablir une gouvernance démocratique au Honduras".
   
M. Zelaya a été renversé le 28 juin dans un coup d'Etat par Roberto Micheletti, chef du gouvernement de facto installé depuis à Tegucigalpa.
   
M. Obama soutient depuis que M. Zelaya est "le président légitime". Mais selon M. Zelaya et ses alliés de la gauche latino-américaine, à commencer par le président vénézuélien Hugo Chavez, le coup d'Etat a été encouragé par des "faucons" proches de l'ancienne administration américaine.
   
S'agissant du trafic de drogue, les trois pays vont renforcer leur coopération contre "les réseaux criminels transfrontaliers", affirme le communiqué commun. La lutte contre les cartels mexicains "ne peut se limiter à l'Amérique du nord" et suppose "une coopération et une coordination accrue avec (les) voisins d'Amérique centrale et des Caraïbes", souligne le texte.
   
Les Etats-Unis, le Mexique et le Canada sont encore convenus de lutter ensemble "en tant que région" contre le changement climatique et de poursuivre "une collaboration étroite face à la pandémie du virus A(H1N1)", en prévision d'une éventuelle nouvelle offensive de la grippe à la fin de cette année.
   
Leur "coopération trilatérale" a déjà été forte contre la grippe lors du printemps dernier, et ils veilleront à mettre en oeuvre "des stratégies efficaces, basées sur le meilleur apport scientifique disponible", selon le communiqué.
   
Même unanimité face à la conjoncture économique internationale, maintenant que des signes de reprise ont été signalés aux Etats-Unis: "la relance (...) est une priorité pour chacun de nous", ont-ils affirmé.
   
Ils comptent sur le prochain sommet du G20 qui réunira les principaux pays développés et émergents fin septembre à Pittsburgh (Pennsylvanie, est des Etats-Unis) pour "proposer des mesures mondiales efficaces face à la crise", notamment en "renforçant les institutions financières internationales".
   
Le prochain sommet nord-américain sera organisé au Canada en 2010, ont conclu les trois partenaires.
   
 

Première publication : 10/08/2009

COMMENTAIRE(S)