Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

Bangkok refuse d'extrader aux États-Unis le "Marchand de Mort"

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2009

Une cour de justice thaïlandaise a rejeté la demande d'extradition de Viktor Bout, trafiquant d'armes russe présumé surnommé le "Marchand de Mort", vers les États-Unis où, accusé de terrorisme, il risque la prison à vie.

AFP - La justice thaïlandaise a rejeté mardi la demande d'extradition de Viktor Bout, trafiquant d'armes russe présumé surnommé le "Marchand de Mort", vers les Etats-Unis où il est accusé de terrorisme et qui ont exprimé leur déception et leur surprise.

"La cour thaïlandaise a décidé de rejeter la demande", a déclaré le juge Jitakorn Patanasiri, à l'issue d'une décision plutôt inattendue qui intervient près d'un an et demain après son interpellation à Bangkok.

M. Bout, 42 ans, un ancien officier de l'armée de l'air soviétique reconverti dans les affaires, avait été arrêté le 6 mars 2008 dans un hôtel de Bangkok après avoir rencontré des agents américains qui l'avaient piégé en se faisant passer pour des responsables de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) cherchant à acheter des missiles et des lance-roquettes.

Les Etats-Unis sont "déçus et intrigués" du rejet de la demande d'extradition par la justice thaïlandaise, a réagi un diplomate américain à Bangkok.

A l'énoncé de la décision, le moustachu Viktor Bout a fait un signe de victoire. La cour lui a ordonné de rester en détention pendant 72 heures, le temps pour l'avocat général d'éventuellement interjeter appel de la décision.

La cour criminelle thaïlandaise "n'a pas autorité pour sanctionner des actions commises par des étrangers contre d'autres étrangers dans un autre pays", a déclaré le juge.

Pour justifier le rejet de la demande d'extradition, le juge a encore expliqué que les Farc avaient été placées sur une liste d'organisations terroristes par les Nations Unies et les Etats-Unis mais pas par la Thaïlande qui considère donc cette guérilla comme un mouvement politique.

"Le complot attribué à l'accusé relève d'un mouvement politique et de ce fait nous avons décidé de rejeter la demande", a ajouté le juge.

M. Bout ne s'est pas exprimé à l'issue de l'audience mais son épouse Alla s'est déclarée soulagée.

"J'étais inquiète mais désormais je suis heureuse", a-t-elle déclaré aux journalistes, en essuyant des larmes.

L'accusé, qui aurait inspiré le personnage joué par l'acteur américain Nicolas Cage dans le film "Lord of War" (2005), a été surnommé le "Marchand de Mort" en Occident en liaison avec les fournitures d'armes qu'on lui attribue depuis plus de quinze ans entre l'Afrique et l'Amérique du sud en passant par l'Afghanistan, les talibans et Al-Qaïda.

Depuis son arrestation, il est détenu dans une prison de haute sécurité de la banlieue est de Bangkok. En septembre 2008, une cour criminelle avait ouvert des audiences pour déterminer s'il existe suffisamment d'éléments pour extrader Viktor Bout vers les Etats-Unis. Des représentants russes ont suivi de près ce processus.

Première publication : 11/08/2009

COMMENTAIRE(S)