Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume désuni"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brex... pschitt ?"

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

Asie - pacifique

Dix Taliban présumés tués dans un bombardement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2009

Un drone américain a tiré plusieurs missiles sur un camp d'entraînement taliban présumé au Waziristan, dans le nord-ouest du Pakistan. Dix personnes au moins ont été tuées, selon les forces de sécurité pakistanaises.

AFP - Une nouvelle attaque de drone américain sur les zones tribales du nord-ouest du Pakistan a tué mardi au moins 10 rebelles, selon des responsables locaux, la première depuis celle qui a probablement causé la mort du chef taliban Baïtullah Mehsud mercredi.

Comme la précédente, l'attaque a visé le Waziristan du Sud, bastion du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), le réseau de Mehsud, accusé d'avoir perpétré de nombreux attentats dans le pays depuis deux ans.

Le drone a tiré plusieurs missiles sur un camp d'entraînement rebelle présumé dans le village montagneux et reculé de Kanniguram, selon plusieurs responsables pakistanais de sécurité.

"Nous avons des informations indiquant que plus de 10 personnes ont été tuées dans l'attaque de drone", a déclaré à l'AFP l'un d'eux sous couvert d'anonymat. Un autre responsable a indiqué que dix personnes, identifiées comme des rebelles, avaient été tuées.

Ces bilans ne pouvaient pas être vérifiés de source indépendante.
 

Première publication : 11/08/2009

COMMENTAIRE(S)