Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Asie - pacifique

Dix Taliban présumés tués dans un bombardement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2009

Un drone américain a tiré plusieurs missiles sur un camp d'entraînement taliban présumé au Waziristan, dans le nord-ouest du Pakistan. Dix personnes au moins ont été tuées, selon les forces de sécurité pakistanaises.

AFP - Une nouvelle attaque de drone américain sur les zones tribales du nord-ouest du Pakistan a tué mardi au moins 10 rebelles, selon des responsables locaux, la première depuis celle qui a probablement causé la mort du chef taliban Baïtullah Mehsud mercredi.

Comme la précédente, l'attaque a visé le Waziristan du Sud, bastion du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), le réseau de Mehsud, accusé d'avoir perpétré de nombreux attentats dans le pays depuis deux ans.

Le drone a tiré plusieurs missiles sur un camp d'entraînement rebelle présumé dans le village montagneux et reculé de Kanniguram, selon plusieurs responsables pakistanais de sécurité.

"Nous avons des informations indiquant que plus de 10 personnes ont été tuées dans l'attaque de drone", a déclaré à l'AFP l'un d'eux sous couvert d'anonymat. Un autre responsable a indiqué que dix personnes, identifiées comme des rebelles, avaient été tuées.

Ces bilans ne pouvaient pas être vérifiés de source indépendante.
 

Première publication : 11/08/2009

COMMENTAIRE(S)