Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute du prix du pétrole : bonne ou mauvaise nouvelle ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michel Hazanavicius, la vie après "The Artist"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au cœur de la centrale nucléaire de Téhéran

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L'Égypte étudie la possibilité de gracier les journalistes d’Al-Jazira

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Passer en force sur l'immigration aux États-Unis : l'amnésie des républicains

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Diplômés français : "Le rêve d'un job à l'étranger"

En savoir plus

SCIENCES

Facebook fait le plein d'amis

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/08/2009

Le premier réseau social de l'Internet vient de finaliser le rachat de FriendFeed, une start-up créée par quatre anciens de Google. Estimée à 50 millions de dollars, l'opération aurait pour but de débaucher ces stars du Web...

C’est l’histoire d’un mastodonte de l'Internet cumulant 250 millions de visiteurs réguliers qui rachète l’un de ses voisins de la Silicon Valley, ne revendiquant lui qu’un million d’utilisateurs. Le roi des réseaux sociaux, Facebook, vient de mettre la main sur la petite start-up FriendFeed. D’après le Wall Street Journal, son fondateur, Mark Zuckerberg, a payé 50 millions de dollars pour finaliser l’achat. Aucune des deux parties n’en a toutefois confirmé le montant.
 

En apparence, l'opération a tous les airs d'une transaction de routine, en comparaison des 500 millions de dollars que Facebook était près à mettre sur la table, il y a un an, pour s’emparer de Twitter. En outre, qui connaît FriendFeed, à l'exception de quelques mordus de la Toile ? Aggrégateur de contenus publiés sur des réseaux sociaux ou des blogs, il permet à ses utilisateurs de partager messages, photos et fichiers provenant de Facebook, Twitter, MySpace, Orkut, etc., dans un endroit unique et en temps réel. Chaque publication peut en outre faire l’objet d'un commentaire ou d'une approbation (l’internaute dit si cela lui plaît ou non).

 

Recrutement de luxe  

 

Mais FriendFeed n’est pas une start-up comme les autres. Comme l'explique le magazine spécialisé PCWorld, Facebook a plutôt procédé, en la rachetant, à un "recrutement de luxe" - l'entreprise a d'ailleurs confirmé que les 12 ingénieurs de FriendFeed allaient être intégrés à ses équipes - qu’à l’acquisition d’une société à fort potentiel de croissance. Créé en 2007, FriendFeed a, en effet, vu le jour grâce à quatre anciens de Google, et non des moindres : ces derniers avaient activement participé au développement de deux des applications phares du géant de l’Internet, la messagerie en ligne Gmail et le site de cartographie Google Maps.

 

Le plus célèbre des réseaux sociaux commence à être coutumier de ces petites acquisitions qui visent à mettre la main sur des stars du Net. Il y a deux ans, Facebook avait déjà repris Parakey, une start-up spécialisée dans la navigation sur Internet, dans le seul but de récupérer ses fondateurs, qui avaient auparavant créés le navigateur Firefox.
  

Par la suite, Parakey avait disparu. Le même destin attend-t-il FriendFeed ? Pour l’instant, Facebook se veut rassurant. Mais à plus long terme, la question se pose. Dans un entretien à CNet, l'un des sites de référence en matière d'actualité des nouvelles technologies, Bret Taylor, chef de produit Facebook, reconnaît  ainsi "qu’il faudra réfléchir à des plans pour intégrer" FriendFeed...

Première publication : 11/08/2009

COMMENTAIRE(S)