Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

La fermeture de Molex est "illégale", selon la justice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2009

Le juge des référés du Tribunal de grande instance de Toulouse refuse la fermeture de l’usine Molex à Villemur-sur-Tarn. La direction, qui fait face à un important conflit social, voulait fermer le site "par mesure de sécurité".

AFP - Le juge des référés du Tribunal de grande instance de Toulouse a jugé "illégale" la fermeture de l'usine de l'équipementier automobile américain Molex à Villemur-sur-Tarn, près de Toulouse, a-t-on appris mardi auprès de l'avocat du Comité d'entreprise.

La décision de la direction de Molex de fermer le site "est illégale", a déclaré à la presse l'avocat, Me Jean-Marc Denjean, après avoir pris connaissance de la décision du juge des référés.

La direction de Molex avait demandé jeudi dernier au juge des référés d'autoriser la fermeture (de l'usine) "par mesure de sécurité, le temps de faire un état des lieux, et l'expulsion immédiate et sans délai de toute personne perturbant les entrées et sorties des bâtiments de l'établissement (...) sous astreinte de 2.000 euros par infraction constatée et par personne".

L'usine de Villemur-sur-Tarn, bloquée par les salariés et dont la production est paralysée depuis le 7 juillet, avait été fermée provisoirement la veille de cette demande "pour garantir la sécurité des employés (administratifs non grévistes) et des vigiles de l'usine" après un incident ayant opposé sur le site un dirigeant de l'entreprise à des salariés, selon la direction.

La fermeture de l'usine Molex de Villemur (283 emplois) est prévue pour fin octobre, mais le personnel espère une réindustrialisation du site.

Première publication : 11/08/2009

COMMENTAIRE(S)